Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet
Répondre au sujet
Léoric Belmont
Sujet se trouvant dans  :: Le codex :: Registre :: PNJ

Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Léoric Belmont Sam 25 Juil - 14:07
Léoric Belmont

Triste-Gueule
Personnalité
Identité
Nom : Belmont
Prénom : Léoric
Âge : 38 ans
Genre : Masculin

Informations
Métier : Alchimiste
Race : Fantôme [Humain/Dryade]
Peuple : Ciend
Classe Sociale : Bourgeois
Alignement & Notoriété : Solitaire / Anodin
Autre : Ce personnage est utilisable par les joueurs
Utilitaire
Sort : Marche Spectrale
Arme : Dague / Bâton
Objet : Orbe arcanique

Liens
Famille/Guilde/Clan
• Conseil des Treize
Coalition des individus les plus influents du Royaume afin de concrétiser un projet d'envergure.

Caractère

De nature calme et douce, Léoric est un grand introverti qui ne ferait aucun mal à une mouche. Il aime cependant la moquerie, et la satire reste son met préféré. Souvent la tête dans les nuages, c'est un rêveur qui a besoin d'évasion, et notamment, dans ses ébats intimes.

Sous ces traits naïfs se cache un individu égoïste et rancunier. Le vice de la torture et du mensonge sont pour lui des maîtresses à combler. Malgré cela, il reste un homme de justice dont l'impartialité est à l'épreuve du temps et de l'acier. L'empathie qu'il a pour son prochain fait de lui une madeleine au cœur tendre.

Malgré tout ceci, Léoric est un être profondément déprimé depuis son amnésie, lui ayant fait oublié sa vie antérieure. Broyer du noir chez lui est aussi simple que de respirer.


Physique

De morphologie humaine, Léoric ne dépasse pas les un mètre quatre-vingt. Le premier mot qui pourrait venir à l'esprit est vieux. Sa longue barbe brune aux reflets roux ment efficacement sur son âge, tandis que quelques poils blancs se manifestent çà et là. Ses cheveux mi longs délaissés ne dérogent pas à la règle. Il détient des yeux verts profonds, piédestal de son éloquence.

De ses origines, il a une carrure qui épouse parfaitement son ossature fine et svelte. Ses muscles finement sculptés trahissent une vie fort mouvementée, et lui permet de conserver une bonne santé, malgré son teint cadavérique.

Il porte une balafre sur la poitrine, au niveau de son cœur qui n'est rien d'autre qu'un amas de racines noueuses palpitant grâce à la magie. Une hérédité de ses gênes dryadiques. Tandis qu'il peut transformer ses membres en résidu spectral selon son gré.


Histoire
Deuxième lune de Trëde, décade I, an 10

Je me suis réveillé depuis une paire d'heures, maintenant. Lorsque j'ai ouvert les yeux, l'effroi me glaça les os. J'étais enterré vivant. J'essayai de rassembler mes pensées, mais la peur les dispersait comme une nuée d'oiseaux effrayés. Alors, comme l'insecte qui se rue vers la lumière, j'ai gratté et poussé cette fissure au coin de ma tête, cette promesse de liberté qui illuminait ce maudit caveau.

Enfin ! Le fond de l'air était frais, c'était insoutenable. Mon corps ne m'obéissait plus. C'était comme s'il voulait se protéger pour nous deux. Puis, je suis tombé devant cette tombe. Elle se dressait fièrement dans la neige, me jugeant du haut de ses yeux de gargouille de pierre. « Léoric Belmont ». Était-ce moi ? Comme le déni s'insurgeait en moi, je refusais cette vérité. Non, je ne pouvais pas être mort. Mais je compris vite que la mort était le dernier cadet de mes soucis. Sous le glas de l'hiver, je ne me rappelais plus qui j'étais. Ma mémoire avait disparu.

Deuxième lune de Trëde, décade II, an 10

Cela fait une décade que j'erre dans ces landes gelées. Bon sang, que ne donnerais-je pas pour un peu de chaleur et un repas. En vérité, je n'ose m'avouer à moi-même cette incompréhensible absence de faim. C'est impossible. Si je suis mort, pourquoi sentir la froide morsure du vent ? Pourquoi cette douleur au crâne ne s'en va-t-elle pas ? Je dois découvrir le fin mot de cette histoire.

Je me suis rendu au pied d'une citadelle. J'étais heureux à l'idée de rencontrer une âme douce et chaleureuse dans ce monde désolé et dangereux. Cependant, la peur me rongeait les os. Et si, l'homme qui résidait ici, était à l'origine de mes tourments ? Qu'importe, j'avais besoin d'aide. Je m'enfonçais un peu plus dans l'ombre de l'édifice et frappa à la porte, ignorant ce qui advenaient des prières échouées à la mauvaise porte.

Ma joie se dissipa rapidement. Personne n'était venu. L'endroit semblait inhabité. Trop haut pour tenter d'escalader, pensais-je. Dans mon malheur, il y avait un peu d'espoir. Non loin de l'entrée, j'ai déniché un vieux journal recouvert de neige. Bien qu'une date est inscrite sur la première page, il ne semblait pas être utilisé. Dorénavant, je noterai chacun de mes faits et gestes. J'espère ainsi retrouver peu à peu la mémoire. Ou, dans le cas contraire, ne pas la perdre davantage.

Deuxième lune de Trëde, décade III, an 10

J'ai enfin trouvé une sortie à ce maudit vallon enneigé. Bien que j'ignore toujours où je suis, l'air est plus chaud et la neige se raréfie. Une aubaine !

Je n'arrive toujours pas à expliquer ce qu'il vient d'arriver. Mon corps semble répondre à des exigences que je ne connais pas encore. Je marchais vers l'aval de la montagne, dans un bois épais, lorsque mon pied franchit le sol. Je n'en revenais pas, mon corps tout entier se mit à s'enfoncer comme dans du sable mouvant. À mesure que je m'enfonçais, ma vue se brouillait, rendue inutilisable dans ces souterrains ténébreux. Je me suis débattu comme un aliéné pour en ressortir et, lorsque je pus enfin reprendre mon souffle, voulus réitérer l'opération. Sans succès. Était-ce le fruit d'un esprit malade ? Cela semblait pourtant si vrai...

Mon premier village ! Les gens ne semblent pas se soucier de moi. Une bonne chose ! Peut-être suis-je plus vivant que je ne l'eus crû. J'en ai profité pour dégoter quelques habits plus séants contre les deux pièces qui traînaient dans le caveau. Ces haillons trempés et déchirés inspiraient le mépris sur le visage des passants.

J'ai interpellé un homme ce matin. Les choses ne semblent pas aller correctement. La région souffre de nombreux assauts morts-vivants. Mieux vaut que je reste à l'écart. Je crois avoir troublé la populace locale. Les gens ont la fâcheuse manie de m'appeler Sieur Triste-Gueule. Je n'aime pas ça.

Bon sang ! Je me suis fait jeté comme un lépreux. Je suis fauché comme les blés. J'ignore où je puis trouver de l'or, je ne sais même pas moi-même ce dont je suis capable. Je ne vois qu'une solution envisageable.

Je l'ai fait, j'ai cambriolé ce pauvre homme. J'ai honte d'admettre que ça m'a plu. Pire, cet étrange phénomène est revenu. J'ai pu traverser les portes sans les ouvrir ! Quelque soit cette ignominie qui m'a engendré, je l'en remercie !

Troisième lune de Trëde, décade I, an 10

Aujourd'hui, j'ai reçu une étrange visite. Un homme encapuchonné qui prétendait me connaître. Je lui ai offert le bénéfice du doute, après avoir dévoilé l'emplacement de la planque. Il dit que je suis roi. Ah ! Ce pauvre bougre semble rongé d'une bien pire maladie que la mienne ! Pourtant, il insiste. Ses propos, bien confus dans mon esprit, semblent logiques. Moi, roi ? Il me nomme la « Treizième Arcane ». J'ignore ce que cela veut dire, et je commence à perdre patience avec lui. Cependant, quelque chose m'attire inexorablement vers lui. Après tout, c'est la seule piste que j'ai pour retrouver mon passé.

Troisième lune de Trëde, décade II, an 10

Falcon. Quel endroit étrange. Je ne me rappelle pas y avoir déjà mis les pieds un jour. Pourtant, mon mystérieux hôte m'affirme que j'y suis né. À l'époque, le royaume était encore unifié sous le règne d'un roi. C'est étrange, je n'arrive pas à voir cette ville comme une capitale. Il dit connaitre mon père, et ma mère. Je commence à avoir la nausée. C'est trop en si peu de temps.

Ils se font appeler le Conseil des Treize. Une bande de saltimbanques pris trop au sérieux, à mon avis. Tous déjantés, pas un pour rattraper l'autre. Ils m'ont parlé d'une dangereuse femme à abattre. J'ignore qui est cette Andraha, mais si c'est bel et bien elle la cause de ma mort, que les Dieux aient pitié d'elle.

Première lune de Chaü, décade I, an 10

Voilà deux décades que je m'entraîne avec eux, et déjà je ressens un changement au niveau de mon corps. Cette magie, ils appellent ça la marche spectrale. Un talent inné chez les morts à devenir éthéré. Une forme d'intangibilité qui empêche mon assaillant de me blesser, ou de rendre l'infranchissable franchissable. En contre partie, je ne peux rien faire également.

Ils se comportent avec moi comme si j'étais de sang bleu, ce qui n'est pas pour me déplaire. Mais leurs rituels nocturnes sont des plus répugnants. Si vraiment je fus maître de ces lieux dans une vie passée, il est clair que j'ai prohibé ces assassinats sanglants. Par les Quatre, quelle horreur ! Je ne pensais pas l'alchimie aussi immonde. Pourtant, ils affirment que dans ma vie antérieure, je la maîtrisais parfaitement. J'ai du mal à y croire.

Désormais, je contrôle mon corps. Le spectre qui est en moi se manifeste, enfin ! Mais je suis d'un autre genre, disent-ils. J'ai rejoint le rang des immortels, que malgré mon corps bien en chair, la marche spectrale me permet de devenir aussi insaisissable que le vent. L'unique moyen de me vaincre est de s'en prendre à mon cœur de dryade. Je me demande d'où je viens. Je crois qu'il est temps pour moi de me mettre au travail.


Dans l'univers...
Que pense-t-il de l’œuvre de la reine Adrietha ?
Il ne la connait pas.

Que pense-t-il de la politique de sa nation ?
Il n'a pas d'avis.

Quelles sont les races ou les peuples que ton personnage aime particulièrement ?
Il ne fait aucune distinction.

Quelles sont les races ou les peuples que ton personnage déteste particulièrement ?
Il ne fait aucune distinction.

Où habite votre personnage ?
Dans le duché de Falcon.

Page 1 sur 1
Réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adrietha  :: Le codex :: Registre :: PNJ-