Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
[Tredë, An 10] Une dette incongrue
Sujet se trouvant dans  :: Continent d'Adrietha :: Bassin des Cascades :: Foret algueuse
Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 0:34
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

L’ange ressortit la tête de l’eau, essoufflée. Sans aucune pudeur, elle se redressa totalement, laissant la lumière baignait son corps nu. Elle n’en crut ses oreilles lorsqu’elle entendit cette voix. De bonne humeur, songea-t-elle, le contrat étant passé au second plan. Au diable Sier, cela lui donnera une raison pour me faire davantage chanter de toute manière. Elle faillit laisser échapper un rire en voyant le général toquer à sa demeure et Harold lui ouvrant. La scène aurait été d’un comique. Andraha se retourna, pour faire face à l’homme qui avait comblé son cœur quelques heures plus tôt.

« Je peux l’avoir fait et réclamer davantage, non ? »

Le bonheur était lisible sur son visage, tandis qu’elle sortait totalement de la baignoire, dans un équilibre instable. D’un pas léger, elle s’approcha du lit pour saisir sa robe et s’en vêtir avant qu’une toute autre scène ne surgisse, les retardant encore plus.

« Mais je dois avouer, que l’envie n’est là pour te fuir. Je profite des rares moments que cette vie nous offre. »

A quatre pattes sur le lit, Andraha posa son regard dans le sien, un petit air de défi y flotter. Que souhaitait-il à présent ?



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 0:47
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold l'agrippa par les flancs et la tracta contre lui, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre.
— L'apprentie qui a une aventure avec le professeur, c'est d'une originalité, ironisa-t-il.
Il passa sa main dans ses cheveux et l'embrassa. Un flux d'énergie parcourut son corps en un instant. Un élixir faisant jalouser les plus grands maîtres de potion du Royaume. Il sentait son corps contre le sien, le narguant de participer au jeu interdit. Il en avait envie, il le voulait. Mais il n'en ferait rien. Il la repoussa doucement sur le côté et s'assit au bord du lit, patientant le temps nécessaire pour que ses hardeurs se calment.
— Il nous faut partir, dit-il calmement. On va se mettre en retard, si ce n'est déjà fait.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 9:59
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Se pinçant la lèvre, l’ange eut du mal à rompre ce baiser. Certes elle ne désirait aller plus loin pour le moment, cependant depuis trop de temps elle rêvait  de ce moment. Assise en tailleur sur le lit, Andraha le contempla durant de longues  secondes de silence, avant de se lever pour terminer de s’habiller. Pour une fois elle lui donnait raison. Accomplir cette mission, pour avoir la conscience tranquille.

« Toute l’originalité repose sur les deux caractères, je suppose. »

Un franc sourire barra son visage tandis qu’elle se saisissait de l’armure pour la passer. D’ici ce soir, ils seraient arrivés à leur lieu de destination, mais trouver ce naga s’annoncerait bien plus compliquer, avec ses ailes, l’ange ne pouvait nager, et à vrai dire, elle n’aimait les mouiller davantage.

« Nous sommes déjà bien en retard, et j’en endosserai point cette responsabilité. »

ajouta-t-elle sur le ton de la plaisanterie, se dirigeant vers la porte avant de fouiller dans une des poches dissimuler dans les pans de sa robe pour en sortir six pièces et lui lancer, les unes derrière les autres.

« Et je n’ai plus de dette envers toi à présent, concernant ce sujet. »


*
**

La jument de la jeune femme se trouvait dans une écurie à la sortie du village. La pluie ne semblait pointer à l’horizon, ce qui l’arrangea grandement. Prenant de l’avance à pied, elle n’avait attendu Harold et sa monture. Il aurait vite fait de la rattraper songea-t-elle, encore dans son conte de fée.

Le palefrenier l’aida à sceller son cheval, sans pour autant s’empêcher de jeter quelques regards au corps de la jeune femme, la mettant ainsi dans l’embarras. Andraha l’aida avant de partir en lui léguant quelques pièces. Exaspérée par le comportement bestiale de certains, elle ne fut qu’heureuse de revoir le minois d’Harold.

« Nous pouvons partir à présent, et je souhaiterai par la même occasion que tu ne m’aides point si jamais je suis en difficulté ou en dangers, une fois là-bas. Je n'ai envie de passer pour une femme ayant des faiblesses...»

Son ton ne permettait aucune négociation possible, juste un avertissement avant de partir au galop à travers les chemins sinueux. L’ange avait donné rendez-vous à la tombée de cette journée sur les rivages de la mer.

Ayant remis son masque de militaire, elle tenta de ne repenser à la soirée et se concentra sur sa mission, jetant des coups d’œil timides à Harold, hésitant par moment à l’interroger sur l’alchimie. Cependant, l’ange laissa le silence régnait en maitre, le vent la giflait et l’air marin l’enivrait.


*
**

Elle ne prit le temps de s’arrêter pour le repas du midi, filant comme la brise vers sa destination. Le soleil déclinait déjà dans le ciel tandis que les premières vagues se distinguaient à l’horizon. Stoppant progressivement sa monture, l’ange scruta du haut d’une colline ce magnifique paysage, dans une heure le soleil finirait sa descente aux enfers et ils seraient arrivés. Couvant du regard son amant, elle mit pied à terre pour laisser respirer la jument et profiter pleinement de ce spectacle.

« Il est fort dommage que nous soyons-là pour une mission, et non pour le bon temps. » réfléchit-elle à haute voix, tout en descendant le sentier caillouteux.

Trois gardes vinrent à leur rencontre, les saluant poliment, avec une certaine méfiance pour l’alchimiste.

« Où siégeons-nous pour la soirée ? Aucune auberge n’est à déplorer dans les alentours. »

Andraha lança un regard interrogateur à Harold, fatiguée de la journée, elle n’était capable de raisonner correctement, et lui légua la suite des opérations. Après tout, il appartenait tout autant à l'expédition qu'elle.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 11:43
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Je n'avais pas l'intention de t'aider, pensait-il sur le chemin. Il aurait bien assez à faire de son côté, sans devoir s'attarder sur ses affaires.
Les gardes le dévisagèrent, un amalgame de méfiance et de stupeur. L'homme en chef l'avait sans doute reconnu depuis Val-Azur et les questions se bousculaient dans sa tête.
Harold prit le regard d'Andraha pour une autorisation et se mit en avant pour indiquer ses ordres. Il avait l'allure d'un roi, les mains derrière le dos, le visage impassible et la parole aussi ferme qu'éloquente. La Treizième Arcane était née pour régner.
— Il n'y aura plus d'auberges à partir de ce rivage, soldats. Là-bas, dit-il en pointant la mer de l'index, se trouve le Bassin des Murmures. Là-bas, c'est le repaire du serpent. C'est son territoire, pas le nôtre. Risquer de côtoyer les villages, c'est risquer de tomber sur ses partisans. Dorénavant, nous sommes des étrangers. Il faut nous débrouiller seuls.
La garde n'aimait pas l'intervention d'un civil mais ne pouvait lui donner tord.
— Et que comptez-vous faire, monsieur ? s'exprima la tête du groupe.
— Nous allons monter un campement. Vous trois, montez les tentes ; je m'occupe du bois.
Harold n'attendit pas davantage et gravit la butte de sable avant de disparaître de l'autre côté. La lisière n'était pas loin, à une trentaine de mètres du rivage. Il devait se dépêcher avant que la nuit ne tombe.
Il n'avait pas donné d'instructions à Andraha, conscient de sa fatigue. Et puis, cela faisait longtemps qu'il ne s'était plus retrouvé seul. C'était le meilleur moyen pour lui d’échafauder un plan pour traverser la mer astrale.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 17:22
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Soulagée du fardeau, Andraha scruta l’horizon. Elle ne venait souvent dans cette partie de la région, n’ayant en réalité jamais eu l’occasion de s’y rendre. Elle remercia intérieurement Harold de la comprendre, et laissa sa monture avec les autres, profitant de cette solitude pour se ressourcer. Son armure trônait près du futur campement quand elle descendit la dune. L’eau salée n’était qu’à quelques mètres, elle ne put résister à s’y rendre, bien qu’en position vulnérable.

Le soleil termina sa descente. Les reflets orangés furent remplacés doucement par ceux argentés de la lune. Andraha ne prit conscience du temps passé sur son rocher, à contempler le  reflux des vagues. Observant les alentours, l’ange se déshabilla, se croyant seule sur la place, pour plonger son corps dans l’eau glacé de la saison. De nombreux poissons lumineux vinrent à sa rencontre, pour son plus grand bonheur. Néanmoins, des cliquetis métalliques la ramenèrent à la réalité. D’une voix craintive, elle s’enfonça par la même occasion, un peu plus dans l’eau, mettant de la distance.

« Harold, est-ce toi ? »

Aucune réponse. Le vent balaya la plage, et les bruits partirent par la même occasion. Loin d’être une peureuse, l’ange revint alors sur la berge pour récupérer ses habits et se rendre au campement, scrutant dans le peu de lumière les alentours. Personne. Déboussolée, un frisson parcourut son être.

Gravir cette dune fut bien plus dure, surtout avec le sable qui collait à ses pieds humides. Le bruit de métal entrechoqué revint alors. D’un geste brusque, elle se retourna, manquant de tomber à la renverse avec le peu de stabilité. Epuisée physiquement et mentalement, elle peina à arriver au sommet. Les gardes vinrent l’aider.

Le campement était à l’abri. Bien joué songea-t-elle alors, un demi-sourire sur les lèvres. S’approchant de l’alchimiste, elle posa une  main douce sur son dos pour ne point l’effrayer davantage, avant d’observer le paysage.

« Je suppose que tu as déjà tout un plan pour capturer ce Naga ? »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 17:39
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Il était revenu avec une douzaine de bûches qu'il jeta dans le foyer. L'un des hommes de main s'occupa de l'allumer tandis qu'il aidait à tendre les abris. Ces tentes étaient rudimentaires, mais les protégeront efficacement d'une tempête de sable.
Une demi-heure passa, Andraha n'était toujours pas revenue. Harold avait un plan et s'impatientait de son retour pour l'énoncer. Il avait ordonné d'ériger une tente par personne, croyant qu'elle passerait seule la nuit afin de ne pas éveiller les soupçons des soldats. Il traça un sceau devant chaque entrée, un piège qui se déclencherait à la moindre visite indésirable.
Lorsque l'ange apparut dans la lumière du foyer, Harold soupira d'apaisement. Elle en avait mis du temps.
— Non, répondit-il. En revanche, j'en ai un pour traverser la mer. Dès demain, nous traverserons à pied pour rejoindre les îles de l'écho. Ensuite, nous continuerons notre périple jusqu'au Bassin des Cascades où nous finirons notre course à Orsin. Si on veut les derniers ragots sur sa position, c'est en ville qu'on les aura.
Le reste du groupe le regarda bouche bée, bloquant sur un léger détail. C'est le capitaine qui prit la parole :
— Mais... comment allons-nous traverser l'eau ? J'ai une épée, pas des nageoires.
— Je m'occupe de tout. Demain, couvrez bien vos pieds. Il serait regrettable d'attraper un rhume. Des questions ?
Le campement était silencieux.
— Bien dans ce cas, je commence le tour de garde. Allez vous reposer.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 18:02
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Andraha resta tout aussi choquée que le reste du groupe militaire. Elle n’avait une totale confiance en son art, surtout que sa paire d’aile lui serait d’une toute autre efficacité. De toute manière, son statut lui donnait réputation quel que soit les endroits, il n’était pas étonnant que ce Naga avait eu vent de sa présence non loin de son repaire. Néanmoins, elle n’en toucha mot à Harold, ne souhaitant le contredire devant tous.  Sous le regard insistant du chef de garnison, l’ange rajouta alors.

« Ne vous inquiétez, il ne serait là si son savoir n’était pas sûr. »

Sous le dernier ordre de l’alchimie, l’ange tourna les talons, s’apercevant alors des cinq tentes. Une moue dessina son visage, sa décision était sage. Peut-être trop. Cependant, le laisser veiller seul… Pour ne pas le contrarier, Andraha rentra dans une tente vide, y restant une petite heure. Le sommeil ne venait. Elle se souvint de l’étrange présence sur la plage. Arrête, songea-t-elle, pour se raisonner, ce n’était rien que ton imagination.
Les trois hommes ronflèrent, un moment qu’elle prit pour sortir de sa hutte et le contempler.  Son arc à la main, elle vint savoir après un long moment de réflexion à ses côtés.

« Je n’arrive à trouver le sommeil sans ta présence. Je dois t’avouer que sur la plage j’eus l’impression d’être épiée. Au début, je pensais que tu m’avais rejoint pour une quelconque raison. Cependant, tu ne répondis point, et ce  bruit disparut doucement. »

La brise vint les chatouiller, tandis que l’ange posa sa tête sur l’épaule de l’alchimiste.

« Ton geste m’a fait sourie lorsque je vis les tentes. Merci de ces petites intentions. »

Les cliquetis métalliques se firent à nouveau entendre. Les bruits provenant une nouvelle fois de la plage, le vent permettait à ces derniers de parvenir à leur oreille, ou juste à la sienne.

« N’entends-tu pas à nouveau ce bruit ? Parfois j’ai vraiment l’impression que cela forme une  langue bien particulière, telle celles des insectes… »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 18:32
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold ne bronchait pas, contemplant le brasier qui dansait devant lui. Son visage ridé était illuminé de mille feux, lui donnant un aspect assagi tandis qu'il plongeait dans ses songes. Il piquât une bûche du bout de sa dague pendant qu'Andraha lui faisait part de son inquiétude.
— Nous ne sommes pas seuls, dit-il calmement. À vrai dire, nous sommes suivis depuis que nous avons posé le pied sur ce sable.
Les cliquetis se firent à nouveau entendre, comme répondant à sa phrase.
— Des guêpes des dunes. Des humanoïdes aussi redoutables qu'organisés. On est sur leur territoire et elles n'aiment pas ça. Heureusement pour nous, elles n'attaqueront pas tant que nous resterons en groupe... d'où les sceaux à chaque tente, dit-il dans un sourire trahissant sa fierté. Mais il serait plus sage de ne pas traîner. Elles sont peureuses mais pour leur territoire, elles seraient prêtes à tout. Et si c'était le cas, mon alchimie n'y ferait pas grand chose.
L'un des gardes surgit aussitôt, le regard noir.
— Ainsi dont Madame, vous payez les services d'un alchimiste. La pire espèce qu'il soit, dit-il en crachant.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 19:21
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Elle reconnaissait enfin l’homme qui partageait un bout de sa vie. Un sourire, bien qu’inquiet, se dessina doucement sur son visage, tandis qu’elle lui caressait la joue du bout du doigt, avant de faire quelques pas. La folie, l’avait-elle atteint ? Apparemment puisque l’alchimiste se murait encore dans le silence.

De l’inquiétude à l’incompréhension, l’ange revint alors à ses côtés, n’ayant l’habitude de ce genre de bestiole. Son poignet refusait encore certains mouvements, elle confiait presque sa survie à Harold. Le cauchemar auditif recommença alors, quelques gouttes de sueur suintèrent de son front. Elle n’était pas trouillarde, loin de là. Cependant, un tout autre présage les attendait. En dehors de ces bêtes, des guêpes à en croire l’alchimiste, l’aventure ne se déroulait comme prévu, et ceci effraya plus d’une fois l’angelot. En effet, depuis plusieurs jours, son collier changeait de teinte, passant des couleurs noirs au rouge sang. Le même phénomène était apparu lors de la vendetta ayant séparé les deux peuples : air et feu.

Autour du feu, Andraha se serra doucement contre son compagnon, cherchant une chaleur humaine, mais elle comprit bien rapidement, que leur moment d’intimité se résumeraient dans des coins reclus du monde. Le ton du garde l’alerta alors, prenant du recul avant de se lever.

« La pire espèce, certes, mais les choix sont restreints. Je n’avais d’autres solutions pour permettre une promotion à vos hommes et sauvegarder mes arrières. »

L’ange scruta alors l’alchimiste, n’ayant pensé les premières paroles.

« Mais Madame, vous connaissez les conséquences de leur art. Voyez donc l’enterrement de ce cher Elros. J’en ai encore des frissons. »

« Il n’y a pas de mais, mon cher ami. Ne confondez pas alchimie et magie noire. Deux choses bien à part. »

« Je ne peux faire confiance à tout ceci ! Puis, pourquoi le défendez-vous ? Nous sommes trois autres dans cette équipe. Mes hommes ne perdront la vie sous votre jugement faussé. »

A court d’arguments, l’ange, résignée, serra les poings se laissant tomber sur le sol.

« Ne me dites pas que je risque ma vie pour une amourache ! » s'énerva ce dernier.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 19:44
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold se leva, fouettant l'air de sa longue veste. Son regard perçait l'âme du soldat qui se tut brusquement, prêt à se défendre. Harold n'avait pas l'intention de se battre, ni de mentir.
— Si vous connaissez si bien les affres de l'alchimie, vous seriez avisé de ne pas m'emmerder. Ici, je dirige après votre supérieur, vous, vous êtes un troufion de base. Partez de votre côté si cela vous chante, mais à l'aurore nous aurons quitté les lieux. Avec ou sans vous.
Il le fixait sans broncher, le regard aussi noir que possible. Il aida l'ange à se relever, l'empoignant par le bras. J'ai connu des officiers qui vous auraient fait vivre un enfer déjà jusqu'ici, estimez vous heureux d'avoir une telle femme parmi vous. Sur ce, mon tour de garde est terminé.
Et il s'effaça dans sa tente et ne comptait en ressortir qu'une fois le jour levé.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 21:38
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Andraha s’émerveilla devant sa posture et sa droiteur. Elle n’aurait eu le courage de se dresser ainsi devant ce soldat, mais surtout d’en tenir tête. Sa faiblesse féminine. Avec le temps, l’habitude était là. Elle dut s’empêcher d’intervenir verbalement pour éviter une rixe, mais ne put contenir sa déception bien longtemps.

« Je vous croyais plus ouvert que cela, et comme je ne peux que le suppléer, je commande ici. Mes décisions ne sont pas sous l’influence d’un quelque sentiment, mais murement réfléchies. Mettez donc vos aprioris de côté, et comportez-vous en homme. La cours d’enfant est révolue depuis des années. Je n’ai d’ailleurs l’envie, ni le courage de revoir ce genre de discussion. »

L’ange accepta l’aida de son compagnon, le sable n’étant d’une stabilité exemplaire, il était difficile de prendre ses appuis. Elle laissa parler Harold, un sourire aux lèvres en voyant le pauvre garde blêmir. D’une voix tremblante, une fois l’alchimiste parti, le chef de garnison retint sa supérieur quelques minutes.

« Je vous présente mes excuses. Comprenez-moi, les femmes dans mon village sont à la cuisine et avec les enfants, non à commander des troupes. Il est dur de briser les mœurs. Cependant, faites attention à vos choix, je ne le sens pas ce type. »

Elle baissa la tête, jouant alors avec les herbes qui poussaient dans le coin. Un salut militaire mit fin à cette conversation embarrassante. Cependant, elle ne retourna dans sa tente, et préféra, aux risques que cela comportait, d’embêter Harold quelques instants supplémentaires.

« Te voir mener la danse a eu comme conséquence de raffermir mon choix. »

Elle s’allongea à ses côtés et lui mordit gentiment l’oreille, posant sa tête sur son épaule.

« Quels sont vos prochains ordres ? » dit-elle d’un ton mêlant son côté enfantin et joueuse, avec un pointe de femme cherchant à être comblée. Un jeu dangereux, mais ces réactions la faisaient sourire à chaque fois, il marchait quasiment tout le temps.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 21:50
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

L'alchimiste la serra dans ses bras avant de prendre une position plus confortable.
— Pas cette fois, nous devons nous reposer. Demain, c'est une course qui nous attend. J'ai peut-être une solution pour la traversée, mais elle fonctionne sur la durée. Repose-toi, tu en as besoin.
Il souffla sur les bougies, la serrant davantage à chaque cliquetis emporté par le vent.

Les premiers rayons du soleil transpercèrent la toile de la tente et réveillèrent l'alchimiste. Sans perdre plus de temps, il enfila ses bottes et sorti à l'extérieur. Le campement était silencieux, le foyer encore chaud du dernier tour de garde.
Il creusa un trou dans le sable et y versa une potion à l'odeur rafraîchissante, semblable à la menthe. Il mijota le liquide le temps que ses compagnons se lèvent.
Deux des hommes se levèrent et vinrent assouvir leur curiosité par-dessus son épaule.
— Par les Astres, quel est cette infamie ?
— Trempez-y vos pieds et vous verrez, répondit Harold dans un large sourire.
Leur regard sautait du puits à son œil bleu, peur d'avoir compris ce qu'il venait de dire. Lui faisant confiance, l'un d'eux s'exécuta. Son cri raisonna à mille lieues à la ronde.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 22:16
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Une moue boudeuse pour tenter de le faire changer d’avis, mais sans conséquence. Ce sérieux l’intrigua davantage, mais elle ne chercha plus. Elle estima que son non refus était déjà fort précieux. A trop en faire, elle risquait de le perdre, chose qu’elle ne se pardonnerait jamais. Sa tête sur son torse, le battement de son cœur la rassura à chaque bruit étranger. Bercée par le plus beau son existant, Andraha trouva le sommeil rapidement.


*
**

La nuit avait été clémente pour la jeune femme qui dormait encore à poing fermé lorsque le lit se vida. Inconsciemment, elle récupéra le lopin de matelas pour y prendre ses aises et étaler ses plumes. Ce cri. Affolée, elle se réveilla d’un bond, manquant de se froisser les plumes.  Que se passait-il encore ? Se questionna-t-elle, furieuse de subir les enfantillages des deux hommes. Souhaitant s’approcher, elle se mordit les lèvres en s’apercevant que ses sacoches étaient dans sa tente. Quelle sotte. Gênée, elle ne pouvait sortir à moitié nue, ou entourée par ce draps. Surtout avec la querelle d’hier soir, se rappela-t-elle, émergent de plus en plus. Un long soupire s’accompagna à  un soupçon de magie pour se transporter dans l’antre à côté, sans éveiller les curieux.

Vêtue d’une tunique et d’un pantalon pour cacher ses jambes, Andraha sortit de la chambre et s’avança vers le petit groupe, curieuse de connaitre la raison de son réveil prématuré. L’un des gardes se retourna.

« Bonjour, Madame, j’eus espéré que la nuit vous a été clémente. Soyez sans crainte, j’ai fait mes rondes comme demandées, et aucune bête n’a rodé autour de votre tente. »

Les pensées embrumées, elle se contenta de sourire, ne pouvant imaginer la tête du plus jeune s’il avait su où sa nuit s’était déroulée. Elle l’aimait bien ce garçon, juste un peu trop naïf.

« Vos cris m’ont appris que nous étions attaqué, mais par quoi ? Et n’allez me dire que la raison est cette flaque d’eau. »

Elle chercha à capter le regard d’Harold, pour en comprendre la vrai raison. Qu’avait-il fait encore pour les effrayer ?



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 22:29
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

— Andraha ! C'est ton tour !
Les hommes de main s'écartèrent et laissèrent la silhouette radieuse d'Harold au centre du plan. Il faisait des grands signes à l'ange pour venir, alors qu'il s'était accroupi pour aider le plus courageux des trois, celui qui avait plongé les pieds en premier.
Lorsqu'elle fut à portée, il s’exclama :
— arrête de bouger ! Où je ne pourrai pas essuyer tes pieds.
Harold regarda la jeune femme.
— Cet imbécile a marché sur un scorpion après avoir trempé les pieds. Heureusement que la bête n'a rien.
— La bête ! J'ai failli mourir !
— Arrête de geindre, bouffon ! Montre que tes couilles ne servent pas qu'à engrosser les bordel ! chapitra-t-il, las de ces gémissements. Bon, Andraha, vas y, trempe tes pieds. Tu n'as rien à craindre. Juste une sensation de froid et de picotement. Une fois fait, nous devons prendre nos affaires et se tailler vite fait. Les guêpes sont de plus en plus nerveuses.

Cela faisait quinze minutes qu'Harold mouillait au bord du rivage, essayant désespérément de convaincre les autres d'avancer.
— Soldats, avancez.
— Mais nous n'avons toujours aucun moyen de franchir l'eau !
Harold passa sa main sur son visage, décidément fatigué. Et comme dit le proverbe : un dessin vaut mieux qu'un long discours.
Il s'avança dans l'eau d'un pas déterminé. Une fois arrivé à hauteur des genoux, il monta sur l'eau comme si c'était une marche. En un instant, le liquide se gela autour de ses pas, ses pieds illuminaient d'une aura bleutée.
— Vous voyez ? Allez dépêchez-vous maintenant, la glace ne va pas tenir très longtemps.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 22:52
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

D’un mine incertaine, l’ange mit un certain temps avant d’accepter ne serait-ce d’avancer de quelques centimètres. Elle avait confiance en Harold, mais beaucoup moins lorsqu’il s’agissait de magie ou alchimie. Beaucoup, beaucoup moins. Elle le savait capable de maitriser la chose, mais les paroles  raisonnèrent encore dans son esprit sur le danger de son utilisation. Les paroles des militaires ne l’encouragèrent guère. Ne sachant où donner de la tête, elle prit une grande inspiration. Si elle refusait, sa faiblesse passerait aux yeux de tous, elle ne pouvait les décevoir.

Quand elle fut à la hauteur de l’alchimiste, elle lui glissa quelques mots à voix basse, tandis que les trois soldats discutaient encore de tout ceci.

« C’est bien parce que c’est toi que je le fais. Loin de là, mon manque de confiance à ton égard, mais j’ai toujours peur d’un sale tour qui t’amuserait énormément. »

Posant une main sur celles d’Harold, elle plongea ses pieds. Rien de désagréable ne se produisit. La peur est dans la tête, songea-t-elle, alors, esquissant un léger sourire. Maintenant qu’il était à la tête de cet escadron, se plier aux ordres étaient la meilleurs chose à faire.

Marcher dans  le sable humide par la rosée du matin après avoir rangé leur campement, les cheveux restant dans les pâturages, Andraha trainait les pieds à l’arrière de la chaine. Son courage était proche du gouffre et la fatigue la submergea à nouveau. La nuit n’avait point suffi à la rassasier totalement. Sautant de pas en pas, un enfant n’aurait fait mieux. Elle s’en fichait bien, personne ne se souciait d’elle, à part Harold peut-être.

Une fois la mer à porter de doigt, la troupe se stoppa. Un gout de déjà vu à la bouche, Andraha admira, non sans réagir par des sourires cachés tant bien que mal, la patience de l’alchimiste. Après la petite démonstration, l’ange resta figer. L’eau, la glace, des éléments instables à ses yeux, préférant davantage le vent et les cieux. Dérogeant à la règle, elle les suivit, en évitant de poser ses pieds sur cette surface gelée. Ces ailes battaient de manière synchrone et rythmique. Avec le moins de bruits possible, pour ne pas alerter les sens de son compagnon.  Telle une enfant fautive, elle ferma la marche, la tête baissée.

En réalité, elle observait avec attention la vie sous cette nappe de glace. Les poissons n’avaient cessé leur activité, imperturbables. Tout comme lui, se répliqua-t-elle.

« Et maintenant que faisons-nous ? Car je dois avouer que cette idée, aussi brillante, soit-elle, ne nous aide pas à trouver notre cible Monsieur. »

« Qui plus est, je ne vois pas le bout de cette étendue d’eau. Mes pieds s’engourdissent légèrement. » se plaignit le plus jeune.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Lun 13 Avr - 12:51
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Un vent fort venait percuter la confrérie. Le vent d'une mer déchaînée de voir quatre hommes défier la Nature des Dieux. Ils peinaient à avancer et plaçaient cahin-caha un pied devant l'autre entre chaque bourrasque de vent. Et bien qu'ils se protégeaient le visage du revers de la main, le sel et l'eau leur brûlaient les yeux.
— Combien de temps allons-nous devoir subir cet enfer ? hurla l'un des militaires contre la marée.
— Plus pour longtemps ! Voyez ces points à l'horizon, ce sont les îles de l'écho !
Harold était soulagé d'atteindre l'objectif. Non seulement parce que la potion s'atténuait à grande vitesse, leur pieds perdant de cet éclat bleuté petit à petit ; mais aussi car il en avait assez de repêcher les engourdis qui tombaient à l'eau et se noyaient.
Il ne put s'empêcher de s'émerveiller lorsqu'une baleine à corne décida d'entreprendre un bout du voyage en leur compagnie, par curiosité ou espoir d'un peu de nourriture aux alentours. Ces animaux étaient rusés et savaient que là où les bateaux mouillaient, il y avait du plancton à provision. Ces nageoires sont si prisées en alchimie, pensait-il alors qu'il chassait l'idée de tuer l'animal.
Il se demandait comment allait le Conseil et la traque de l'homoncule. Il était rare de rester si longtemps sans aucune nouvelle. Une fois au pays d'Ysyra, il entreprendrait un contact avec le quartier général.
La présence d'Andraha le rassurait, une ombre qui glissait su les vagues azures de l'Astrale. Un ange gardien qui veillait sur eux.


La magie s'estompa aux abords de la côte et les força à nager une dizaine de mètres. L'un des gardes pleura de joie et embrassa la terre ferme, remerciant les Dieux de ne pas avoir puni leur folie.
Les deux autres gardes firent un feu pour se sécher et se réchauffer, sans oublier à leur ventre qui grondait famine depuis des heures.
Harold, lui, scrutait la lisière de la jungle. Une forêt danse et compacte qui promettait une mort certaine à chaque cri d'animal déchirant le silence.
Il connaissait de réputation les îles de l'écho. Dernier bastion d'une race en voie de disparition : les Orcs.
Et bien qu'il connaissait leur antipathie envers les étrangers trop curieux, il espérait obtenir clémence s'ils venaient à fouler leur sol sacré.
— Montez un camp, dit-il sans s'adresser à quelqu'un en particulier, le regard absorbé par les ombres de la jungle. Et quoiqu'il arrive, ne franchissez jamais ces arbres. Où seuls les Divins viendraient vous délivrer.

Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Lun 13 Avr - 20:06
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

L’ange prit de la hauteur avec l’arrivée du vent. Planant, elle utilisait moins d’énergie, mais dérivait facilement. Il n’était pas rare de la voir passé à l’Ouest, plus à l’Est. Le paysage défilait sous ses yeux, observant chaque détail, chaque action particulière pouvant susciter une attaque bestiale ou humanoïde. Des oiseaux vinrent virevolter à ses côtés, un sourire s’étira doucement sur son visage tandis qu’elle piquait vers les vagues. L’eau de mer, rafraichissante, lui brula vote le visage, quelques démangeons survinrent avec. Néanmoins, la terre était visible à l’horizon, elle ne s’arrêta pas   pour débarrasser de ces plumes les gouttes désagréables. Qui plus est, l’officier avait quelques appréhensions concernant les potions de l’alchimie.

Les vents changèrent de direction aux abords du rivage de ces îles inconnues : les échos semblaient-ils. Les livres de géographie étaient pauvres en informations les concernant.  Andraha dut redoubler d’effort pour rester dans la direction souhaité, manquant à deux reprises de s’empaler sur les falaises et autres rocailles océaniques. Ce n’est pas le moment de mourir, songea-t-elle, descendant doucement. Son pied toucha le sable et ses ailes se replièrent doucement. Eloignée du groupe, une jungle impressionnante se dressait devant elle.

Les bruits à travers les branchages emprisonnèrent toute son attention. Des habitants, ici ? Cela attisa la curiosité de la jeune femme qui s’approcha doucement, avant qu’une dizaine de flèches manquèrent de la transpercer. Le seul réflexe qui la sauva, fut de se baisser rapidement. Décidemment, pensa-t-elle, contrariée de ce manque de civilité, à l’avenir je ne manquerai le groupe. Le sable ne lui permettait pas de courir très rapidement, ses ailes fatiguées de la traversée refusèrent de lui obéir. D’autres flèches volèrent en sa direction. N’écoutant que son instinct de survie, Andraha piqua alors vers l’Ouest de la plage, espérant revoir son escadron.

Au bout de dix minutes, essoufflée, l’ange trébucha sur un caillou caché par la présence du sable. Le genou en sang et les pieds en feu, une étrange lueur sortait de sa sacoche, accrochée autour de sa taille. Le collier. Un jour, elle connaitra la vérité dessus, mais à présent, seuls les Dieux pouvaient lui venir en aide. Une ombre se dessinait au loin Harold ou ces indigènes ?


*
**

Sur le rivage, les trois militaires s’attifèrent rapidement, scrutant de temps à autre l’horizon à  la recherche de l’officier.

« Mais, elle nous suivait pourtant ! » s’exclama le plus jeune, la naïveté et l’immaturité présente.

« Je pense que cet alchimiste – il cracha sur le nom – nous mène surtout en bateau depuis le début, pour récupérer cette affaire et l’or qui va avec.» Reprit alors le chef de garnison à voix basse, n’appréciant toujours pas le pouvoir de ce civil.

Le dernier n’ouvrit la bouche pour s’exprimer, se contentant de récupérer les brindilles et bois flottant pour faire un feu. Ce dernier partit rapidement. Il restait le problème du vent qui n’arrêtait de l’éteindre. Ainsi lui vint l’idée de mettre les tentes de telle façon qu’elles feraient obstacle. Son plan fonctionna pour son plus grand bonheur tandis que les deux autres, inquiets, scrutaient les horizons.


*
**

Les bruits  cessèrent, tout comme les flèches et son hallucination. Le reflux des vagues lui permettait une concentration optimale, tandis qu’elle entreprenait de nettoyer au mieux sa blessure, peu profonde mais sanguinolente et remplis de sable. L’eau salée lui arracha une plainte sourde. Le collier avait repris sa couleur d’origine, le bleu marine.

Boitant sur les premiers mètres, Andraha arriva alors au campement, presque entièrement, son ventre criant famine. L’un des hommes exclama sa joie de la revoir, néanmoins presque furieuse de ce retournement de situation, elle se dirigea vers Harold.

« Pourquoi ne pas avoir prévenu des risques de ces îlots avant de nous entraîner par cette route ? Tu comptes nous conduire dans les Plaines de lumière ?  Ils savent que nous sommes ici, et à part si ma race les dérangeait juste, nous ne sommes pas en sécurité.»




Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Lun 13 Avr - 21:49
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold souffla et fit un geste de lassitude du revers de la main. Il n'en pouvait plus de ces jérémiades et pleurnichements intempestifs. Il regrettait de ne pas être parti de son côté.
— Si tu as peur de recevoir une flèche dans les fesses, il aurait mieux valu que tu restes au chaud à Falcon, dit-il sèchement à l'ange. Ces Orcs ne nous feront rien en-dehors de leurs terres. Ces tribus chamaniques ne sont pas belliqueuses, contrairement à moi qui commence à en avoir assez de traîner des fillettes.
Sur ces tendres paroles, il leur tourna le dos et parti s'isoler le long de la plage. Il lui fallait attendre une nuit entière avant de rejoindre Orsin. Que les Dieux aient pitié de lui...


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Mar 14 Avr - 8:19
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Andraha resta pantoise face à la réponse d’Harold. Quelle mouche l’avait piqué, songea-t-elle avant de rejoindre le reste du campement. Son ventre grondait, cependant, en dehors d’une partie de pêche, elle ne pouvait s’introduire dans la jungle pour chasser un quelconque gibier. De mauvaise humeur, elle gagna une des tentes et s’allongea sur le sol. Sortant le collier de sa poche, elle le posa à ses côtés. Dans aucun livre d’histoire ou de magie elle n’en avait trouvé des semblables. L’ancien général des armées lui en avait fait cadeau pour son vingtième anniversaire. Les militaires se trouvaient juste à côté de sa tente, parlant avec des messes basses.

« Croyez-vous que ces deux-là aient une relation ? »

« Ce n’est pas impossible, mais je dois avouer que je serai surpris. Des rumeurs courent au sujet de l’ange. » Le chef de garnison se tue alors, se raclant la gorge avant de reprendre la parole. Andraha intéressait par ses propres ragots se rapprocha de la toile pour mieux ouïr.

« Le général des armées aurait entrepris de lui demander sa main. Je pense même que c’est la raison de sa présence dans cette mission. L’éloigner pour mieux organiser tout ceci. »

« N’importe quoi ! » Lui coupa le troisième homme, tandis que son chef de garnison s’esclaffait.

« Cela n’est pas improbable, j’ai eu l’honneur de faire partie de quelques conseils depuis l’éclatement du royaume. A vrai dire, tu aurais dû voir comment il la couvait du regard. A rendre jalouse n’importe quelle femme. »

« Sur ces bonnes paroles, je n’ai envie d’avoir des ennuis, je vais pêcher un peu  pour avoir de quoi nous nourrir. »

Andraha stupéfaite ne bougea pas d’un cil. Ses oreilles n’en revenaient pas. Ce n’est que des rumeurs de campagne, tenta-t-elle de se raisonner, avant de sortir de la tente, le visage décomposé. Malgré les mésaventures du début de journée, elle s’engouffra doucement dans la jungle. Pour s’y exiler et profiter de la tranquillité des lieux.

La verdure étouffante cachait de nombreuses espèces animales. Quelques papillons fluorescents vinrent virevolter pour le bonheur de ses yeux. L’un deux se posa sur son doigt avant de repartir. Elle s’enfonça davantage, avec précaution. La lumière du jour n’arrivait à pénétrer ses lieux. Elle perdit la notion du temps.

Sur le campement, les gardes s’activèrent, faisant cuir la pêche sur une pierre plate posée sur le feu. L’un deux fit  signe à Harold de venir pour déguster le repas.

« J’aurai pensé Dame Seme avec vous. »

Cela ne gêna pas le plus jeune pour commencer le repas. Le poisson, assez grand, était un véritable festin à lui seul. Le chef reprit alors la parole.

« Qu’allons-nous faire demain ? Traverser cette jungle ou reprendre la mer ? Nous reste-t-il une grande distance  parcourir pour arriver à Orsin ? »

La nuit commençait son ascension dans le ciel sans aucune trace d’Andraha pour autant, juste une faible lueur venant de la tente, son collier posé sur le sol.

De son côté l’ange avait pris du terrain sur l’épaisse verdure. La lumière de la lune attira son attention tandis qu’elle déboulait dans une petite clairière avec un bassin et une cascade. Fatiguée, ayant besoin d’un brin de solitude, elle ne pouvait revenir en arrière, ne se rappelant plus du chemin. En dehors du bruit de la cascade, la jungle semblait calme. Cette espèce non belliqueuse doit vivre de l’autre côté, songea-t-elle alors tandis que sa tunique et son pantalon tombaient sur le sol. L’eau était fraiche, mais claire. Se prélassant, Andraha passa de l’autre coté de la cascade, tombant alors sur une grotte de grande superficie. Le bassin s’y continuait sur toute la longue, longé par de nombreux cristaux de lumière, comme au palais de Carathiel.

Fatiguée, la jeune femme décida de s’y endormir pour la nuit, n’ayant le courage de faire demi-tour pour rejoindre le campement. Dans tous les cas, songea-t-elle, je connais la prochaine destination, et Harold soufflera de mes geindries permanentes.




Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Mar 14 Avr - 16:48
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold s'installa, le visage rivé sur le rivage. La mélancolie guettait au fond de l’œil, les lèvres décousues par l'émotion. Il n'avait pas prêté attention aux interrogations du garde, trop occupé à rembobiner la conversation qu'il avait eu avec mestre Renoir, un alchimiste de haut rang qui dirigeait le monastère Pierre-Pont des Nephelims. L'homoncule avait été retrouvé, baignant dans une mare de sang. Un village rayé de la carte du monde. Homme, femme, enfant... il n'avait eu aucun pardon.
La nausée le saisit subitement et le dégouta du repas préparé par les hommes de main.
- Et pourquoi serait-elle avec moi, répondit-il sèchement. Elle est assez grande pour se débrouiller seule, je ne suis pas sa nourrice.
Les gardes le dévisagèrent, à deux doigts de lui mettre une raclée. Se faire diriger par un civil est la dernière chose qu'ils accepteraient, surtout au bout du monde.
- Pourtant vous me sembliez fort proche, pour un mercenaire embauché par expérience.
- Seriez-vous jaloux, mon corniaud ? Votre femme ne vous satisfait donc pas assez ?
Le garde se leva d'un bond, son visage bouffi rouge de colère. L'un de ses camarades l'agrippa par le bras et lui lança un regard noir qui lui déconseillait de commettre cette bêtise. Se battre contre un alchimiste n'était peut-être pas la meilleure idée après une si longue marche, d'autant qu'Harold ne portait pas la clémence sur son faciès.
- Que faisons-nous pour l'officier, dans ce cas ? demanda timidement le plus réservé des trois.
- J'ai prévenu du danger des lieux, cracha Harold. C'est à ses risques et périls.
Il disparut aussitôt dans sa tente avec l'ombre d'un espoir de l'y voir allongée, son sourire qui l'apaisait tant gravé sur son minois. Mais c'est une couche froide et vide qui l'attendait. Et bien qu'il refusait obstinément de la poursuivre à travers la jungle, l'inquiétude commençait à se faire sentir.
La nuit allait être longue...


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Mar 14 Avr - 20:14
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Les trois hommes ne bronchèrent, ne sachant que faire du reste de leur soirée. Le chef avait prévu de se rendre dans cette jungle, mais comme lui avait fait remarqué le reste de l’escadron, ils ne connaissaient pas la destination, ni la direction de leur supérieur. Résignés, ils rentrèrent dans leur tente, l’un montant la garde, le collier de l’ange dans la main pour ne point l’oublier lors du départ. Qui plus est, ce dernier émettait une faible lueur.


*
**

Du côté d’Andraha la nuit fut calme. La cascade offrait un abri de choix, et le sommeil l’assomma rapidement. Dans ses songes, l’ange parcourait le monde, mélangeant alors les différentes époques de sa vie, dont la séparation avec ses parents et la rencontre avec Calion. Jamais elle ne sut la vérité sur ses sentiments profonds, tout comme le lieu de sa sépulture, si cette dernière existait. Le visage d’Harold s’interposa alors, la réveillant en sursaut.

Des perles de sueur constellaient son front. L’aurore pointait déjà le bout de son nez, tandis qu’Andraha piquait un plongeon dans l’eau fraiche pour se réveiller totalement et chasser les dernières images de sa mémoire. La vie reprenait doucement dans le bassin. Quelques poissons vinrent près de la jeune femme, fuyant au moindre mouvement. Relaxée et sereine, Orsin était la prochaine étape. Et sans la troupe. Elle n’avait encore assimilé les paroles des gardes, l’éloignant instinctivement d’Harold. Certes elle l’aimait, mais était-ce réellement le cas en retour ? Plusieurs questions vinrent ensuite.


*
**

Le chef se réveilla le premier. Le plus jeune s’était endormi durant sa garde, soupirant, il ne bouscula alors, le regard rempli de reproches. Le plus vieux commença à rallumer un feu tandis que son second replia trois des cinq tentes, pour permettre au groupe de repartir plus rapidement. La faim au ventre, c’est un poisson qui fut servi pour le déjeuner, pêché près du rivage. Les émanations de cuisine eurent raison du dernier garde.

« Dame Seme n’est toujours pas revenue sa tente était vide. »  S’inquiéta  le plus jeune tandis que son chef s’esclaffait, oubliant bien rapidement la boutade d’Harold au sujet de sa femme.

« Si l’officier est revenue, je pense que nous pouvons prédire avec qui elle a passé la nuit, comme toutes les autres je suppose. Si  le Général savait… »

Ils laissèrent de quoi manger à Harold, en continuant leur discussion sur les derniers ragots et les envies de cette aventure.


*
**

Fin prête, Andraha prit son envol pour quitter rapidement la jungle. Son collier lui manquait fort, elle dut se fier à son instinct concernant le plan de vol. La jungle, vu du ciel, n’était pas si étendue que cela. Certes, elle occupait les trois quart de l’île. Prenant de l’attitude pour éviter toutes représailles des orcs, l’ange fila en direction de la mer, pour frôler l’eau au grès des vagues et du vent.

Le soleil monta rapidement dans le ciel. La terre Ysyrienne était visible. Les cascades représentaient une véritable frontière, haut de plusieurs kilomètres, elles se déversaient dans un immense bassin permettant alors l’irrigation des nombreuses rivières et cours d’eau de la région. Passer par cet endroit était à la fois dangereux en raison des dépressions, mais également le meilleur moyen de se faire repérer par l’armée en garde pour protéger cette partie malsaine. En effet, il n’était pas rare de voir des regroupements se formaient ici.

Les routes furent à  présent une réalité et non un rêve. Orsin n’était plus qu’à une demi-journée à cheval. Après une petite heure de marche, traversant les marais fréquentés à cette période de l’année, en raison des nombreuses récoltes en cours, Andraha tomba sur une auberge et leur loua un étalon pour continuer son aventure. Ses ailes la faisaient terriblement souffrir. Elles n’étaient plus habituées à parcourir de si longues distances par des vents pareils.

La capitale nénupharien se profila à l’horizon pour la plus grande joie des deux aventuriers. Elle était peinée de sa réaction face à Harold, tout comme de sa muraille construire en un clin d’œil. Cependant, le salut des gardes la réveillèrent de sa torpeur. Y laissant sa monture, elle rentra dans la capitale, mettant sa cape pour passer presque inaperçue. Fatiguée et lasse, Andraha s’engouffra dans une auberge un peu recluse du centre attractif. Quasiment déserte, l’aubergiste l’accueille amicalement et lui proposa leur meilleure chambre. Mi- terrestre, mi- aquatique à l’extérieur. En effet, une fenêtre donnait directement sur le lac, tandis que l’autre sur les routes bordant le bâtiment.

« Si vous voyez un homme ressemblant à sa description, donnez-lui ma chambre. Mais ne lui dites ma présence en ces lieux. »

L’aubergiste accepta contre quelques pièces supplémentaires. La chambre spacieuse et propre comportait une baignoire directement alimentée par un système d’eau courante. Ses pieds, et jambes endoloris, l’ange se plongea dans l’eau fraiche, fermant les paupières. Elle espérait que l’alchimiste arriverait à la capitale avant la tombée de la nuit et choisisse cette auberge. Beaucoup de si et d’espoir…




Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Mar 14 Avr - 20:43
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Il est des nuits noirs, sans étoile et sans sommeil. Un voile noir endeuillait le ciel d'Orsin, tandis que ses pas faisaient fuir le silence. L'averse pleurait sur son visage sans couleur, alors qu'il dévalait les rues pavés des faubourgs. Une descente en enfer dont il avait entraîné trop d'innocents avec lui. L'alchimiste ou le boucher, il ne savait plus.
Il se retourna, le regard froid, et conta ses hommes de main. Ils n'étaient plus que deux. Il avait perdu le petit et Andraha. La Treizième Arcane, roi et chef, ne pouvait s'occuper d'un contingent de cinq personnes. Quel pitoyable souverain il faisait. Il hocha la tête dans un accord de répit envers les deux gardes, l'auberge se dressait devant eux et ils avaient besoin de repos après avoir veillé leur camarade agonisant. Si jeune... pensait-il. Le visage de l'ange se grava dans son esprit, son sourire chaleureux ne voulant pas quitter sa vue.
Ni la chaleur ni la bonne humeur de l'auberge ne purent apaiser sa tristesse.
— Une chambre, je vous prie.
L'aubergiste le regarda et arqua un sourcil.
— Hé ! J'vous connais vous. Z'êtes le petiot qu'la belle donzelle à quémander. Ouais ! C'est bien ça : cache-œil, grande veste et une gueule à faire pleurer un mioche ! Montez à l'étage, on vous a réservé une chambre. Pas sûr que la p'tite soit là, par contre.
Harold n'en crut pas ces mots. Andraha était-elle en vie ? Sans attendre, il gravit les escaliers et s'enfonça dans la chambre.
Il tomba à genoux, désemparé devant cette vision de bonheur. Son cœur sortait de sa poitrine pendant que son corps brûlait d'un feu intense. Il se mit à pleurer, s'écroulant au sol comme un enfant. Un aspect de lui-même qu'il ne connaissait pas. Un aspect qui ne convenait pas pour un homme trop discipliné et trop fier.
— Pardonne-moi... pardonne-moi... pardonne-moi...


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Mar 14 Avr - 21:57
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Andraha se prélassa davantage oubliant alors la moindre miette de problèmes. A vrai dire la méditation n’était pas son fort, mais au fil des années, elle avait appris à la maitriser. Un esprit vide pour des réflexions mures, les paroles exactes de son ex-fiancé, lorsqu’il tentait de lui donner quelques avantages lors de cet enseignement. Un sourire s’étira sur son visage malgré les douleurs que lui infligeaient son corps, l’eau ne pouvait aider, seule une bonne nuit de repos la relaxerait entièrement. Ou... Elle s’esclaffa dans la pièce silencieuse. Un rire de soulagement et de nervosité, surtout avec les bruits dans les escaliers.

Sortant de la baignoire, elle attrapa un drap pour s’y entourer avant de s’approcher de la porte, écoutant alors aux portes telle une enfant. Une jeune femme à la voix avec un homme, elle ne mit du temps à comprendre leur raison. Une prostituée. Se sentant stupide, et nerveuse, la culpabilité de l’ange augmenta alors. Mille questions se bousculèrent dans son esprit, surtout que la nuit perçait de plus en plus le ciel.  

L’officier se retourna, la chambre était au final froide et terriblement vide sans sa présence. Un soupira s’échappa de ses lèvres. Le vacarme des deux couvrit un autre bruit qui l’alerta au dernier moment. Son drap tombant de son corps dévoila ses courbes. Ce n’est qu’au son de la voix de son amant que l’ange percuta réellement. La tête lui bourdonnait. Se retournant aussi rapidement que possible, elle se ficha bien de sa tenue et s’approcha alors.

« Harold… » Fut le seul mot qui percèrent ses lèvres, émue par ses pleurs, l’inquiétude l’envahissant alors.

Andraha le contourna pour fermer la porte et ramasser une chemise pour la nuit qui trainait près de la chaise en bois. D’un geste presque maternel, elle vint contre lui, caressant doucement ses cheveux pour le calmer.

« Je suis en vie, toi également, c’est tout ce qui compte au final. »

Elle n’était pas très douée quand il s’agissait de rassurer ses proches. Ces paroles hésitantes le confirmaient facilement.

« Je suis désolée d’avoir agi de la sorte, sans penser aux conséquences, sans penser à la peine que je pouvais engendrer. »

Elle se leva alors, quelques larmes coulant sur ses joues à son tour. L’invitant d’un geste de la main, l’ange l’entraina sur le lit où elle prit place au centre, le scrutant davantage à la pâle lueur des bougies et de la lune.

« Comment pourrai-je faire pour te laisser partir une fois de retour de cette mission ? » évoqua-t-elle, pensant alors à haute voix.

« Cette nuit, j’ai pris conscience que tu n’étais pas qu’une amourache sans lendemain. Je me mentais tout simplement. J’ai dû mal à être écarté ainsi de tes décisions, désirant en prendre certaines avec toi, et non agir comme nous l’avons fait. »

Le silence régna un cours, instant,  Andraha essayait de lui faire passer un message et acheva son monologue sur un tout autre point.

« A vrai dire, j’ai peur de mes sentiments, tout simplement parce que je t’aime. Tu retournes ta veste sans prévenir, tu peux être un homme formidable et attentif, le moment d’après un fantome, une enveloppe corporelle vide. Qui plus est, je ne sais comment tu me considères…»

Les larmes roulèrent doucement, s’écrasant sur les draps. Il était rare qu’elle parle franchement et sans détours.




Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Mar 14 Avr - 22:12
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold la dévisagea les yeux rouges et humides.
— Tu ne comprends pas, il ne s'agit pas que de toi. Lors de notre départ, nous avons décidé de partir à ta recherche. Nous sommes tombés dans une embuscade. Les Orcs nous ont capturé. Ils... ils ont dévoré le jeune. Il me regardait, dit-il en fixant l'horizon étrangement. Un mal corrompait son esprit. Je voyais ses yeux briller, certain d'être sauvé au dernier moment. Il était si naïf, se mit-il à pleurer. Pourquoi ! Pourquoi je n'ai rien pu faire ! tapa-t-il du poing contre le mur. Je déteste cette vie, je déteste ce monde. Vas-y ! Prends-moi ! hurla-t-il en arrachant ses vêtements. Prends-moi maintenant et qu'on en finisse ! Laisse crever, saloperie ! Tu me veux, alors viens, je t'attends !
Puis il s'effondra au sol, abattu par ce silence qui lui pesait. Il se souvenait de ses cris, de ses pleures, mais surtout de son regard alors que sa chair brûlait. Il avait foi en lui. L'alchimiste incompétent, voilà son véritable titre.
Il n'était bon qu'à une chose : décevoir.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Mar 14 Avr - 22:28
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Abasourdie par les paroles de son compagnon, elle se stoppa même de respirer pendant un instant.

« Quoi ? Mais… »

Ses paroles s’entremêlèrent. Les conséquences. La mort d’un de ses compagnons d’arme. Andraha se leva alors, apeurée de ce qu’il pourrait faire sur sa personne.

« Harold, cesse de t’en vouloir. Si une personne est à blâmer, c’est bien moi. Je suis la cause même de sa mort et tu l’as enduré. J’espère que tu me pardonneras un jour mon geste irréfléchi. »

D’un geste incertain, elle posa doucement une main sur son épaule, avant de faire la même chose pour l’autre côté, commençant à un doux massage pour le détendre. L’officier se remémora la première victime qui périt devant ses yeux. Parfois, son regard la hantait encore.

« Je ne souhaite ta mort, tout comme celle de ce militaire. »

A court de mot pour le réconforter, Andraha soupira et laissa tomber son massage qui ne le détendait guère.

« As-tu autre chose sur le cœur à exprimer ? »



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adrietha  :: Continent d'Adrietha :: Bassin des Cascades :: Foret algueuse-