Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
[Tredë, An 10] Une dette incongrue
Sujet se trouvant dans  :: Continent d'Adrietha :: Bassin des Cascades :: Foret algueuse

Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Ven 10 Avr - 22:47
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Synopsis : Andraha et Harold font une fois de plus équipe face à l'inconnu sous le revêt de mercenaire de Ciend. Mais ils ne se doutent pas un instant de ce qui rôde dans les sombres jungles des Murmures...



Falcon, Trois jours plus tôt.

— Mais puisque je vous le dis ! Par les Divins, z'êtes plus têtu qu'une mule !
Face au scepticisme d'Harold, le garde perdait patience. Il était question d'une somme offerte pour la traque d'un dangereux criminel parti se réfugier à l'étranger. L'homme en question était un pirate Naga connu pour avoir pillé quatorze navires marchands dans la zone blanche¹, ce qui relevait plus du crime politique qu'un problème judiciaire. L'affiche avait interpellé l'alchimiste qui lorgnait du coin de l’œil la récompense. Dix milles pièces d'or pour un simple pirate d'eau douce. Une moue douteuse barra son visage, se méfiant d'un quelconque traquenard.
— Et qu'a-t-il de particulier, ce serpent ?
— Absolument rien. Disons que les hautes-sphères veulent s'en débarrasser au plus vite afin de reprendre le large. C'est qu'ils aiment pas qu'on titille leurs affaires, en haut.
— Vous m'en apprenez une.
— Bon, vous le prenez ce boulot ou pas ? C'est pas les intéressés qui manquent par ici.

Harold ruminait son plan en mâchouillant le bout de sa pipe à la « La Crevasse avinée ». Une taverne de petite fréquentation où, il l'espérait, dénicher une pair de gros bras pour le voyage. Les Naga sont comme tout amphibien : rapide dans l'eau, empoté sur terre. Il lui fallait quelqu'un pour tirer ce gros poisson hors de son étang.
À travers les volutes bleues de sa pipes, il scrutait chaque gueule cassée au nez rougi par l'alcool. Il lui fallait le bon, celui qui ne lui ferait pas défaut.
— Monseigneur, retentit une voix fourbe et remplie de malice. Peut-être devriez-vous songer à vos humbles servants du Conseil, peut-être nous vous serions d'une aide quelcon--
— Je n'ai pas passé trois heures dans ce bar miteux pour recevoir des ordres d'une vile créature comme toi, Krap.
— Excusez son impolitesse, Monseigneur, dit la créature en s'inclinant dans l'ombre de la table. Krap ne voulait pas vous commander, loin de lui cette idée.
— File et va dire au Conseil qu'ils prennent garde à ne plus me décevoir.
L'être s'exécuta en silence dans une seconde révérence plus basse encore, se volatilisant dans la pénombre d'un vitrail ouvert.
Harold ruminait davantage, pinçant ses lèvres de mécontentement. Plus poivrots les uns les autres, maugréa-t-il dans sa barbe. Il ne trouvait rien ici à son bénéfice.

La lueur des lampadaires éclairait le chemin qui descendait dans les bas-fonds de la ville, là où les bandits et les putes pullulaient en liberté. Là-bas, dans ce havre de débauche, il espérait mettre la main sur un gars qui tiennent encore assez debout pour coller une patate à ce lézard de malheur.
La plupart des maisons étaient en ruine ou tellement bondées de monde qu'on ne savait si elles étaient de l'ordre du privé ou du public. Chaque coin de rue portait sa maison close aux fenêtres teintées d'une aura rouge, invitant pour trois fois rien celui qui voulait oublier son quotidien. Harold marchait les mains dans les poches, une ombre parmi les agitations de la ville. Un groupe de prostituées lui firent des avances au langage fleuri tandis que les aboiements d'un chien faisaient écho dans la ruelle d'à côté. Adrietha... si tu voyais ton peuple, pleura son cœur sous ce ciel d'encre.
Une rixe éclata quelques mètres plus loin de la place d'armes, attirant l'attention de l'alchimiste. Des clébards des docks qui s'empoignèrent pour que l'argent change de main. Plus dans les bras que dans la tête, pensa-t-il en observant de loin le combat de rue sous les invitations aux paris.
L'homme percuta du gauche son adversaire, un elfe qui compensait sa calvitie par un pléthore de tatouages tribaux. Le vainqueur regardait sa victime disloquée à terre, le bras levé vers les Dieux en signe de défi sous l'acclamation du public. Il poussa un rugissement si puissant que le silence s'installa une poignée de secondes avant que le vacarme des applaudissements reprennent. Lui... il est parfait ! sourit-il dans le halo d'un lampadaire.
Harold joua des coudes pour arriver à lui, lorsqu'un cri déchira la nuit. Un avertissement qui lui donna un goût amer en bouche.
— V'là l'armée ! Barrez-vous !
Une nuée d'insectes se mit en marche dans les artères de la ville, allant sens dessous dessus, paniquant sous cette terrible nouvelle. La milice descendait rarement ici, peur de perdre quelques effectifs inutilement. Drew se contre-fichait que son peuple dépérissait dans l'ignorance et la famine, il avait besoin de ses hommes pour la guerre. Mais lorsque la cavalerie nettoyait les rues, le bourreau pouvait se vanter d'un lendemain fructueux. Harold le savait, et il était dans l'amas d'ivrogne, de bagarreurs et d'autres dépravés qui s'éparpillaient çà et là.

Dans un geste aussi calme que véloce, il envoya valser un pauvre bougre d'un uppercut, lui faisant cracher une mare de sang.
— Merci, mon ami, dit-il dans un geste révérencieux des doigts contre le chef.
Il traça un sceau entre deux pavés humidifiés par la pluie naissante et incanta le plus rapidement possible. Un éclaire éblouit le regard de centaine d'entre eux, pendant qu'une créature aussi massive qu'élancée surgit du trou béant. La chose n'avait pas de tête, mais un sac de nœuds frétillant à chaque violence provoquée dans la zone. Elle avait de longues faux aiguisées à la place des avants-bras et une bouche au niveau du ventre. Le cri d'une fille de joie découvrant cette horreur lui provoqua un frisson de plaisir, faisant frémir ses tentacules de plus bel.
— Fais ce que tu sais faire le mieux, dit l'alchimiste en s'écartant du périmètre. Le dernier debout aura le privilège de m'accompagner.
Et ce fut le massacre. Le sang coulait, les cadavres s’empilaient dans sa mâchoire mastiquant sans relâche dans un râle de plaisir et d’insatiable. La place se vida comme un champ de blé que l'on cueillait peu à peu, jusqu'à ce qu'il la vit parmi la foule. Son œil s'écarquilla, ignorant s'il était dans le rêve ou la réalité.
— Arrête ! hurla-t-il, et la créature obéit sans restriction.
Harold bouscula les rares survivants encore debout qui peinaient à trouver leur membre arraché. Alors qu'il s'approchait, la silhouette radieuse se dessinait jusqu'à ce qu'il fut assez près pour reconnaître son odeur, ses gestes.
— An--Andraha, que fais-tu ici ?
Puis il sentit quelque chose lui percuter l'arrière du crâne, alors qu'il s'effondrait au sol. Devant sa vision qui s’obscurcissait, le visage d'un soldat maculé de sang lui riait au nez. Dieux seuls savent où il serait emmené.



¹Zone de la Mer Astral politiquement neutre entre le Bassin des Cascades et l'Archipel des Murmures.

Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Ven 10 Avr - 23:35
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

« Aaron, cessez de m’importuner durant mes exercices. Combien de fois devrai-je vous éjecter de cette salle pour avoir une paix royale ? »

Le timbre cassant d’Andraha raisonna en échos dans la salle de la caserne. Aaron, l’un de ses élèves baissa honteusement la tête, tandis que l’ange réhabituait son poignet au mouvement de l’arc. Elle se mordit les lèvres, le gout du dernier baiser encore dessus. Forte, elle ne versa de larmes sur cette histoire. Je n’en ai pas fini avec lui, songea-t-elle, déterminée à se rendre à son manoir dès l’après-midi.

« Madame, je ne souhaitais vous causer des ennuis, je tenais juste à vous faire remarquer… »

« Me faire remarquer quoi ? »

Sa voix colérique, elle décocha une flèche. Cependant, son bras, encore trop fragile la fit souffrir, l’obligeant alors à lâcher l’arc.

« Que vous vous exerciez depuis trois heures déjà et que les conséquences en sont là. Laissez-moi vous bander ce poignet qui a besoin de repos. »

Bougonnant, l’ange s’assit alors sur le sol, un parquet dur, trop à son gout. Néanmoins, ce n’est pas avec une simple bande que son apprenti revint. Le général l’accompagnait. Elle maudissait alors les Dieux.

« Mademoiselle Seme. »

Son timbre autoritaire lui donna la nausée, tandis qu’Aaron se rapprochait de sa gardienne pour lui prodiguer quelques soins.

« Général, que me vaut l’honneur de votre visite ? »

« En premier lieu, une mission que je souhaiterai vous confier. Vous en avez les capacités, mais également une chance de vous refaire un nom, bien que vous n’ayez perdu ma confiance. »

Elle échappa à la leçon de moral, et rendit alors la liberté  à Aaron qui ne se pressa point de sortir. Trop heureux de connaitre son compagnon de voyage.

« Sans même la connaitre, je suis votre homme, j’ai besoin de m’évader et… »

Scrutant la salle, son supérieur comprit leur solitude et la stoppa nette comme à son habitude, un seul doigt sur la bouche suffisait tandis qu’il se mettait à sa hauteur.

« Pars donc, tu es à quelques jours de voyage de ta destination, mais avant cela, tu devras composer ton groupe de soldat. J’ai promis, et je tiendrai cette promesse, de prendre nos compagnons éloignés dans les terres des duchés voisins. »

Ne se faisant prier, la jeune femme se leva d’un bond et quitta la salle. Sier resta seul. Avait-il compris le message ? Elle en doutait encore.


*
**

Souhaitant profiter de cette occasion pour se ressourcer et chasser de son esprit Harold, Andraha ne prit la peine de sceller son étalon et usa de ses ailes à la sortie de la capitale pour se rendre vers l’un des villages les plus populaires en cette saison. Au confluent de diverses routes commerciales et touristiques, paysans et bourgeois en profitaient pour prendre bières et autres éléments pour le reste de leur route. Une fois seulement, elle dut s’y rendre et la suite des évènements avaient été fort tragiques. Jeb’ avait cru en une trahison sans nom, alors que cela n’était qu’une simple discussion entre Nael et elle, sur la garde Dragon.

La nuit tombait doucement sur la région, lorsque la jeune femme arriva enfin aux abords de cette dernière. Les gardes, déjà avec un taux d’alcoolémie bien atteint, ne posèrent de résistance pour la laisser entrer. Vêtue de son armure, l’ange se fraya un chemin dans la populace des rues à la recherche d’une auberge pour y séjourner. Néanmoins, une bagarre éclata au loin. Soupirant, l’ange survola alors les chaumières pour se poser à l’endroit de la rixe. En l’apercevant, les hommes s’éparpillèrent avant de mourir sous ses yeux. Une étrange créature lui fonçait dessus. Harold. Leur destin était-il lié ? Les coïncidences ne pouvaient exister davantage, songea-t-elle, ne sachant comme éviter cet être animé par les sceaux.

Fermant les paupières pour se concentrer et disparaitre, cette odeur l’assaillit, ainsi que la voix lointaine. Un sourire s’étira sur son visage, tandis qu’elle revenait vers la lumière des lampadaires. Néanmoins, l’archère n’eut le temps de répondre. Le peu de soldats avait été déployé pour désencombrer les rues. Son compagnon s’effondra sur le sol. Un homme, surement le chef de la garnison, l’empoigna. Andraha sortit de son ombre, les ailes ouvertes et un regard menaçant.

« Aidez-moi plutôt à le transporter à votre caserne, qu’il reçoive les soins mérités. »

Plusieurs soldats s’esclaffèrent. N’écoutant que son cœur, la jeune femme décocha deux flèches à la suite, manquant de blesser grièvement le plus jeune des hommes.

« Connaissez-vous donc le respect ? Pour ceux l’ignorant, je me nomme Andraha Seme, Officier des armées aériennes ! Et maintenant je vous somme de transporter mon compagnon en lieu sûr. »

Le chef de fil s’inclina et avec l’aide des deux hommes restants, ils l’emmenèrent dans une maison assez rustique, la caserne de ce village n’est que rudimentaire, pensa-t-elle, scrutant la pièce. Des cibles et mannequins siégeaient près des marmites. A l’étage plusieurs chambres s’offraient à eux. Pour se faire pardonner, le vieil homme lui  donna la plus confortable, lui ramenant des linges et bassine d’eau. D’un hochement de tête reconnaissant, l’ange s’attifa à passer une compresse froide sur son front et la blessure peu profonde.

La nuit continua son chemin, et  l’ange s’était assoupie sur le bord du lit. Ce dernier comportait deux places, mais elle n’eut l’envie de le déranger durant son sommeil. Une légère pression sur son épaule la réveilla, en sursaut, le front perlé de sueur. La flamme vacillante de la bougie dessinait les formes de l’homme qui l’avait rejeté.

« Il faut croire que les Dieux choisissent de croiser nos routes pour nous sauver constamment. Ta blessure n’est que superficiel. Je fus ravie de te revoir. »

Andraha se pinça la lèvre, se levant alors avant d’être retenue. Les yeux rivés au plancher, elle n’osa croiser son regard. Non pas la peur de son visage, mais de la difficulté de le quitter encore.

« Pourquoi est-ce si compliquer ? »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 0:20
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Val-Azur, deux jours plus tôt.

La vie lui revenait peu à peu, un cauchemar qui se finissait enfin. La sueur perlait sur son front alors qu'il vacillait entre le songe et la réalité. Une faible lueur guidait sa raison en-dehors des ténèbres. Plus elle avançait, plus la clarté se faisait précise, jusqu'à dessiner parfaitement les contours d'une bougie au seuil de la mort.
Harold ouvrit grand les yeux, contemplant le plafond qui s'estompait de tanguer. Une bouffée de chaleur l'assaillit alors qu'il essayait de tourner la tête. Son crâne lui faisait mal, un vacarme strident résonnait dans les méandres de sa cervelle.
Une main à la peau douce l'aida lorsqu'il voulut se relever. Assis contre deux énormes oreillers, Harold savourait le visage fatigué d'Andraha. Depuis quand n'a-t-elle pas dormi... pensa-t-il. Il balaya la pièce d'un rapide coup d’œil, l'environnement était plongé dans la pénombre. Harold pointa du doigt les volets d'où perçait une faible lueur du jour. Il avait besoin de lumière, besoin de vie. Une bise vint lui caresser le front encore humide à l'instant même où l'ange ouvrit la fenêtre. Les faisceaux dorés embellissaient sa chevelure de miel, virevoltant gracieusement à chaque fois qu'elle se retournait pour lui sourire. La rencontrer devenait une sale habitude, il le savait. Le danger était qu'il s'y accommoderait facilement.

Il baissa les yeux et regardait son bras d'écorce. Une profonde entaille avait été faite dans l'avant-bras, heureusement inoffensive. Il n'avait aucun souvenir après le massacre, si ce n'est ce visage fier et aviné d'un garde trop enclin au conflit. À cette heure, le Conseil devait sûrement déjà s'amuser avec ses tripes.
Andraha l'extirpa de ses songes, lui dégageant les mèches qui lui rentraient dans les yeux. Ses membres étaient encore trop endoloris pour répondre à un ordre, il l'apprit à ses dépends. Que lui avaient-ils fait ? Il n'était plus à la capitale, l'air y était moins nauséabond. Il manquait cette odeur de bière et de foutre qui caractérisaient tant les bas-fonds.
Il regarda son amie méchamment, comme si elle était coupable de tous ses maux.
— Qu'avez-vous fait de l'homoncule ?
Sa voix était un amalgame de reproche et d'inquiétude, il n'avait pas eu le temps de renvoyer la créature. Était-elle en liberté ? L'avaient-ils capturé ? Dans les deux cas, il pria les Dieux d'être cléments.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 8:18
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Elle n’eut de réponse à ses questions, une nouvelle fois. Cependant, la flamme s’éteignit, et les premières lueurs du jour semblaient faire leur apparition. Elle devait partir pour trouver son groupe et remplir la mission qui lui avait été confiée. Harold s’était rendormi. Le cœur apaisait l’ange songea quelque instants à le laisser ainsi. Il ne se souviendrait peut-être pas de leur rencontre… Respirant un bon coup, Andraha quitta la pièce et dévala les escaliers rapidement, manquant de s’y rompre le coup. L’air, chargée, tout comme l’atmosphère, elle fut heureuse de respirer à nouveau une fois dehors. Le soleil perçait difficilement la couche de nuage. Assise sur un banc juxtaposée à la maisonnette, l’ange s’entreprit d’une longue réflexion. Partir et le laisser aux bons soins des gardes ou rester et risquer de subir son courroux une fois remis d’aplomb. Le dilemme la poussa en dehors du village pour chasser quelques gibiers et nourrir la caserne.

La solitude lui redonna quelques pointes de courage et la réveilla complétement. Volant de prairie en prairie et s’agenouillant au niveau des cours d’eau pour se rafraichir, la journée passa rapidement. Son esprit, cependant, lui rappelait sans cesse l’homme qu’elle aimait. Il n’y avait plus de doute sur ces sentiments, mais à présent il fallait les taire.

La culpabilité de l’avoir laissé dans cette chambre refit surface. Andraha retourna au village, les mains vides, le gibier n’était présent en quantité ici, ou alors l’avait-elle manqué. Quelques soldats discutaient de bon train devant leur demeure et s’écartèrent lorsque l’officier souhaita y rentrer. L’odeur de sueur lui  donna immédiatement la nausée. Elle ouvrit alors les fenêtres et attisa le feu. Son ventre grondait de plus en plus. Le repas cuisait doucement dans une marmite centrale. Un ragout. Des vieux souvenirs lui montèrent à l’esprit tandis qu’elle gravissait les marches, le cœur lourd de le voir disparaitre.

Les dieux le protégeaient encore dans son sommeil. Fatiguée de sa journée, l’ange redescendit pour le repas, lui ayant changé le linge froid sur le front.

« Madame, s’en remettra-t-il ? » L’apostropha le chef de garnison

Surprise qu’on lui adresse la parole, l’ange rejoignit le cercle de soldat formé sur le sol, dégustant le repas. On lui  tendit une écuelle qu’elle entreprit de manger rapidement.

« Oui, il doit juste  se reposer davantage. Mais à présent j’ai une dernière requête à vous soumettre. Le Général souhaite vous confier une mission sous mes ordres, pour capturer un hors la loi sévissant au niveau de la zone blanche. Je n’ai besoin que de deux hommes et une réponse dans deux jours. »

Terminant son bol de ragout, la jeune femme  remonta dans la chambre, laissant à présent les hommes décidés de qui partiraient. Il dormait toujours, ce qui ne la surprit point. La flamme de la bougie s’était éteinte, elle entreprit de la rallumer pour  mieux voir son visage, pâle, perlé de sueur. Imbibant le linge, Andraha lui passa doucement sur le front, puis s’endormit  sur le lit.
Les lueurs des premiers rayons solaires la réveillèrent rapidement, en sursaut en raison des divers  songes qui l’avaient hanté. Harold dormait encore, et elle eut craint pour sa vie. Son traumatisme est bien plus important que cela, songea-t-elle, les traits tirés par les remords et la fatigue. Tandis qu’elle quittait la pièce pour la rivière alentour, un bruit l’interpella. Se retournant, elle approcha la bougie de l’alchimiste et l’aida tant bien que mal à se relever. Voyant ses sueurs encore présentes, elle lui passa de l’eau froide sur l’ensemble du visage, avant d’ouvrir les volets comme à sa demande. Le vent s’engouffra dans la pièce, balayant au passage ses cheveux emmêlés.

Au chevet du malade, elle découvrit son horrible mine dans un miroir apposé au sol, tout comme celui d’Harold. Les quelques mèches dans les yeux, elle lui retira rapidement, épongeant une dernière fois son front. Néanmoins, son regard la fit sursauter et l’ange se redressa d’un bond, comprenant que ces gestes étaient déplacés. Meurtrie, elle se plaça sur le rebord de la fenêtre pour profiter de l’air frais, l’écoutant alors d’une oreille discrète.

« Je ne l’ai pas vu, et à vrai dire, ton état m’inquiétait un peu plus. »

Fut sa seule réponse, tandis qu’elle se retournait pour l’observer discrètement.

« Qui plus est, je n’aurai su quoi en faire. Je ne connais rien à ton art. »

Un ton de reproche se mêla à ses sentiments et sa voix cristalline. Le vent s’engouffra de plus belle, la réveillant complètement.

« Une seule question me reste à  l’esprit, quelle était la raison de ta présence ici ? »

L’ange s’approcha alors du lit et s’agenouilla sur ce dernier pour capter le regard de l’alchimiste. Elle espérait avoir, pour une fois, une réponse sincère.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 12:13
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Sa main abîmée caressa son visage juvénile. Il avait besoin de la toucher, de faire fuir ces derniers bribes de cauchemar. Il réalisa à quel point il était dur envers elle, alors qu'elle se coupait en quatre pour lui. Le regret barrait son visage, tandis qu'il ruminait cette question posée bien trop tôt et dont il savait qu'elle n'y était pour rien.
L'ombre d'un sourire fendit son visage pâle lorsque quelque chose vint lui chatouiller l'avant-bras. Une plume. Elle avait dormi dans le lit, pensa-t-il. Il ne pouvait lui en vouloir, mais il regrettait de ne pas avoir pu profiter de ce moment. Partager sa nuit avec un ange est un luxe qui n'est pas offert à tout le monde.
— Et remercie les Dieux de ne rien y connaître. Garde cette innocence en toi, Andraha. Préserve ce qu'il y a encore de bon en ce monde.
Son ventre cria subitement famine. C'est que comater ouvrait l’appétit. Il chassa la faim dans une série de mouvements plus douloureux les uns les autres afin de se plaquer contre mur, et invita la jeune femme à venir s'asseoir près de lui.
— J'ai dégoté un contrat en ville. Une cible à traquer pour le compte de l'armée. La récompense est plus que généreuse. Malheureusement, pour en venir à bout du reptile, il me faut une deuxième pair de bras. Et quoi de mieux que de parcourir les bas-fonds pour trouver une sale gueule.
Il marqua une pose, profitant de l'agitation extérieure qui redonnait vie à la pièce.
— Je te retourne la question, que faisais-tu là-bas ?


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 12:59
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Andraha ferma les paupières pour profiter de cet instant, si rare et précieux. Elle se doutait qu’une chose le retenait. Même si son cœur était encore meurtri par les dernières paroles prononcées dans le somptueux jardin, elle ne pouvait qu’apprécier ces moments de tranquillité en sa compagnie. Il n’était possible de tout avoir dans la vie, et ceci se valida une nouvelle fois. L’innocence, un bien grand mot. Mordillant sa lèvre supérieure, elle n’osa avouer le début de ses recherches pour ne point le contrarier en son état. Elle n’abandonnait pas si facilement. Cependant, la stupeur interrompit sa caresse sur le bras humain d’Harold, elle l’avait fait machinalement, sans pour autant y réfléchir.

« Un contrat dis-tu… Dans ce cas, je le crains, nous partageons la même mission. Tu le sais aussi bien que moi, soit nous faisons équipe, soit chacun tente de son côté, mais les deux parties ne pourront gagner. »

Une voix plus triste se fit entendre, tandis qu’elle stoppa ses caresses, les mains retombant sur le lit, et son regard par la fenêtre.

« Tu me vois comme une fragile personne. Tu te trompes Harold, certes je suis une femme, mais je vaux tout autant que n’importe quel bras, et imbécile par la même occasion, trouvé dehors, dans ces rues. »

La chaleur humaine dont elle fut longuement privée lui ravivait des souvenirs, douloureux et joyaux, mais elle ne souhaitait que tout ceci s’arrête.

« Et à vrai dire, je ne garderai mon innocence très longtemps, c’est bien mal me connaitre. Je n’abandonnerai pas sur l’alchimie, ayant même commencé à lire quelques ouvrages datant d’une autre époque. Je dois même avouer que si tu ne souhaites pas te mêler de cette histoire, je peux le comprendre, mais je trouverais mes réponses chez un autre. Et tu sais ce qui pourrait arriver. »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 13:35
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Il soupira en fixant l'horizon dégagé. Un chantage qu'il n'appréciais guère, mais qui toutefois l'excitait. Il n'était pas dans ses habitudes de roi d'être contredis si régulièrement, cela lui remettait les idées en place.
Il lui demanda de l'aider à se relever, et ceci fait, il traça à l'aide d'une craie blanche un sceau sur le parquet.
— Nous allons en avoir le cœur net, dit-il sans vraiment s'adresser à qui que ce soit.
Comme il le redoutait, le sceau resta silencieux à son activation. Harold regarda l'ange sous une moue inquiète.
— L'homoncule est toujours en vie. Aide-moi à rédiger cette lettre, dit-il en désignant le papier échoué sur le bureau. Je ne peux travailler sur deux fronts en même temps, je demanderai l'aide du Conseil pour le capturer.
Une demi-heure passa. Harold lui avait dicté précisément quoi écrire en prenant garde de ne rien lui révéler de compromettant, avant d'envoyer un pigeon voyageur. Son bras lui faisait mal, même au repos. Tracer le sceau avait été une épreuve infernale. Et sans l'alchimie, il n'était plus qu'un vulgaire sac de viande prête à se faire déchiqueter.
Lorsque les activités cessèrent dans la chambre, un profond malaise l'envahit. Il tapotait nerveusement des doigts sur la table en se perdant dans ses songes, ignorant complètement Andraha.
Il finit par relever la tête et la fixa d'un regard noir. Ce qu'il allait dire était sans condition :
— Je t'enseignerai l'alchimie, dit-il aussi sérieusement que possible. Mais une fois ton apprentissage terminé, tu ne chercheras plus jamais à me revoir.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 14:25
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

L’ange s’exécuta, une  moue en guise d’expression. Elle était allée trop loin et les retombées n’étaient que proéminentes. Elle s’y attendait à chaque parole ou geste de plus. Son caractère ne lui rendait la vie facile, tout comme ses manières apprises à la caserne. Etre une femme et avoir du pouvoir… Elle ricana intérieurement à cette réflexion. Impossible. Télès en payait également les frais lorsque son royaume fut creusé et presque divisé par les parlementaires.

La curiosité de l’officier fut piquée au vif avec ce dessein, dont elle ne comprenait la signification, mais cela n’avait fonctionné en vue de la moue de son compagnon d’aventure. Néanmoins la requête qui allait suivre l’intrigua. Ecoutant attentivement chaque mort, l’ange tenta de s’appliquer. Son écriture avait connu bien des évolutions pour en devenir indéchiffrables. La rapidité lors des rapports, songea-t-elle lorsqu’elle avait fini en avance les phrases de sa dictée.

Elle ne sut réellement le temps qu’ils mirent pour cette missive. Cependant, le silence régna en maître. Leur ami le plus fidèle. Le bruit du tapotement la rendit nerveuse, d’autant plus qu’il n’avait répondu à son chantage. D’un geste lent Andraha se leva de la chaise pour se perdre dans le paysage, comprenant alors par la voix sérieuse d’Harold qu’il fallait choisir. Un choix dur. Sans aucune raison, elle pouvait voir un autre alchimiste, et tentait de le courtiser. Cependant, une voix intérieur lui intima de laisser choir ce geste. La trahison. Dans ce cas, avec sa solution, la finalité en serait la même. Pour la première fois, elle dut choisir entre un amour et un avenir incertain, ou sa passion pour la culture.

Les longues minutes de silences s’allongèrent encore et encore. Ne sachant que dire ou faire. Fuir, comme dans le passé, pour s’en mordre les doigts dans le présent, il n’y avait moyen. La vieillesse donnait des responsabilités.

« Et pourquoi dont, je ne pourrais te revoir ? Cela vous l’interdit donc, à ce que je sache, vous n’êtes pas des nécromanciens, vivant reclus dans les ténèbres. A vrai dire, oublie mon chantage, tu le réaliseras à contre cœur. Nous serons tous deux déçus du résultat. »

Sans aucune politesse, Andraha ne s’était pas retournée, songeant encore à ce collier dans la chambre de Jeb’. Il avait disparu, le boitier en cerisier ne s’y trouvait et aucune infraction n’avait  été commise pour pénétrer dans la demeure.

« Et puis, comme tu sais si bien me le faire comprendre, je ne suis qu’une femme. Je ne peux comprendre pourquoi tu rends cela si difficile. »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 14:42
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold soupira, ne sachant comment lui faire entendre raison.
— Il ne s'agit pas de femme ou d'homme, Andraha. Il s'agit de vivre ou mourir. Ce monde, dit-il en s'approchant aussi de la fenêtre, n'est qu'un parmi tant d'autres. Dans l'un d'eux, on me nomme la Treizième Arcane. Ce monde ne connait ni la magie ni les Dieux, seulement l'alchimie. Un endroit mauvais qu'aucun alchimiste ose s'y aventurer. Moi-même j'y ai vu l'horreur et l'indescriptible, Andraha. Et ce n'était qu'une gueule béante qui dévora mon père. Si tu arpentes cette voie, le prix de la connaissance sera ta perte. Je ne peux me résoudre à te faire souffrir davantage.
Il s'effondra sur le lit. Son dos était courbé par le poids du destin, il avait le gout du tragique dans la bouche.
— Je ne peux te laisser m'aimer alors que mon heure est proche.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 15:12
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Les traits de l’ange s’assombrirent rapidement, tout comme le ciel qui fut zébré par les éclairs. Les douces chaleurs de ce début de printemps se transformaient en un vent glacial, sous une pluie battante. Fermant la fenetre par précaution, Andraha se retourna vers ce lit et cet homme avant de lui répliquer, d’une voix cassante et remplie de colère qui n’était pas forcément contre lui, mais contre son passé tout entier. Jamais elle n’avait eu l’occasion de laisser sortir ses pensées et sa rage qui la rongeait de jour en jour.

« Tu ne peux résoudre à me faire souffrir, mais que fais-tu  à l’heure actuelle, en dehors de te protéger toi-même. De quoi as-tu peur en ouvrant ton cœur ? De me perdre, de mourir et me laisser dans ce monde, avec une dette ? Foutaise. Le décès de l’ancien général des armées m’a énormément affectée, mais pour rien au  monde je me suis laissée bercer dans la nostalgie. En acceptant de le prendre et de partager les quelques lunes qui lui restaient, je connaissais la fin, et les souffrances. Mais pour rien au monde je n’ai regretté ces souvenirs partagés. »

Les larmes roulèrent sur ces joues, tandis qu’elle s’approchait du lit, retirant les sangles de son armure, vêtue d’une robe de lin en-dessous.

« Dans tous les cas, les conséquences sont déjà là, je tiens à toi, que tu le décides ou non. Ta mort m’affectera de la même façon car mes sentiments ne cesseront. Le regret me rongera doucement, tout comme la soif de connaissance, et tu ne seras plus là pour m’y empêcher. Car, malheureusement, cela restera mon seul moyen pour ne pas sombrer et découvrir la personne que tu étais. »

Prenant place sur le lit, elle scrutait Harold, une flamme vacillant dans ces yeux à l’habitude bleu nuit. Une lueur d’espoir, de crainte, de défi.

« La vie nous est tous emportée, un jour ou l’autre, cependant nos actions rendent cette étape plus facile d’acceptation pour les proches... »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 15:23
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

— Je ne te parle pas de perdre un proche, mais de perdre ton âme. Tu es en train de faire un pacte avec des forces qui te dépassent.
Harold se tut, résigné, et souffla désagréablement :
— Je t'enseignerai l'alchimie à tes risques et périls. Tu veux souffrir, tu vas souffrir. Désormais tu es mon apprentie et je suis ton professeur. Le moindre refus entraînera ton abandon, le moindre faux pas entraînera ta mort. Là s'arrête notre histoire. Maintenant lève-toi, apprentie, on a un serpent à écraser.
Il se leva lentement, refusant tout aide et disparut dans la pénombre de la sortie. Il ne la laisserait pas gagner, il fera tout pour la dégoûter. Il allait lui offrir le choix qu'il n'a jamais eu.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 19:44
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Son visage emprunt à la stupeur, cet homme ne comprenait ce qu’elle venait de dire. Confuse, elle ne bougea, avant de réaliser ce qui venait de se dérouler. Ces mots n’avaient-ils été clairs ? Elle le choisissait lui, plus que sa science et sa soif d’apprentissage. Néanmoins, l’atmosphère électrique l’en dissuada de parlementer davantage. Soupirant, elle lui passa devant, le bousculant par la même occasion sans aucune excuse. Le chef de la garnison l’attendait de pied ferme, avec de deux ses hommes, comme convenu.

« Madame, l’orage se calme, nous souhaitons savoir lorsque le départ est prévu, et qui nous accompagne ? »

Son air interrogateur lui fit comprendre qu’il songeait alors à Harold. D’un sourire moqueur, elle lui répliqua alors, dans la plus grande sincérité.

« Nous sommes quatre, et nous levons le camp immédiatement, faites sceller les chevaux. »

L’un des hommes lui tendirent une cape de pluie, l’aidant à remettre son armure. En moins de dix minutes, ils étaient près. Andraha n’avait prêté attention à l’alchimiste, encore furieuse de son obstination et sa non compréhension. Au dehors la pluie avait cessé, avant que l’averse ne refasse apparition, l’ange monta sur la jument blanche, partant en avant, pour rejoindre la mer Australe, de son côté Ysyrien. Les cheveux au vent, elle ne décrocha mot, le visage fermé, ayant alors vieilli de quelques années. Elle n’avait d’ailleurs regardé si ce dernier les avait suivi.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 20:05
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold les regardait partir, le regard noir. Il n'était pas déçu d'avoir été exclu, non. Mais plutôt d'avoir tant de chemin à parcourir à pied.
— Excusez-moi, mon brave, dit-il sur un air enjoué.
L'écuyer se retourna, surpris que quelqu'un s'intéresse à lui. Mais le fut davantage lorsqu'une violente douleur lui percuta le front. Harold l'avait assommé grâce au pommeau de son kriss. Et lui qui disait qu'elle ne me servirait jamais, ria-t-il en évoquant un membre du Conseil.
Il prépara un cheval et fila à toute allure vers l'Ouest. Sa prochaine destination était le hameau de Vône.

Le cheval avait galopé pendant deux bonnes heures avant que l'averse ne s'estompe. Trempé et frigorifié, Harold ne put s'empêcher de sourire en voyant les premières lueurs du village. Il ne s'était encore jamais arrêté et l'épuisement se voyait sur son visage. Il était passé par les sentiers les plus sinueux mais les plus rapides, mettant à rude épreuve les genoux du destrier. Ils avaient besoin tous les deux de repos.
Il confia l'animal à l'écurie du coin contre six sous, avant de sentir la douce chaleur de l'auberge. Les épices et la viande fumée arrachèrent un cri atroce à son ventre qui ne tenait plus. Il alla s'installer à une table loin du bruit général et patienta le temps nécessaire.
— Bienvenue, l'étranger. Qu'est-ce que je peux lui servir ? clama fort la serveuse malgré le peu de distance entre eux.
— Une chope et le plat du jour suffiront, dit-il en présentant la monnaie. Ainsi qu'une chambre.
Alors que la tavernière s'en allait comme elle était venue, Harold ne put s'empêcher de penser à Andraha. Elle et ses hommes avaient sans doute dû passer par la route impérial. Calme et sans danger, mais plus longue. Il espérait qu'elle aille bien et ne pouvait s'empêcher d'imaginer l'accueil qu'elle lui offrirait s'ils venaient à se revoir.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 20:32
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Andraha scruta l’horizon ralentissant alors sa monture. Elle espérait au fond qu’Harold la suivrait, mais il en fut tout autrement. Elle avait dépassé les limites. Le comprenant, elle stoppa la troupe, scrutant l’horizon et l’étendue d’eau qui se profilait au loin. Une journée à cheval les séparait au moins des rivages. Deux solutions s’offrait alors : poursuivre sur la route la moins dangereuse, rencontré avec de la chance une auberge, ou de se faire pardonner et tenter de lui faire comprendre réellement ce qu’elle souhaitait. Le dilemme était serré, et l’ange prit son temps avant de partir sur des sentiers plus pointus. Sans faire d’erreur, il se doutait des routes qu’elle prendrait. Celles-ci donnaient la même destination. Ainsi avec de la chance, elle croiserait le village dans lequel il séjournait.

« Madame, cela n’est sage de quitter la route impériale. Les auberges ne manqueront point, je l’ai déjà pratiquée auparavant et je peux vous l’affirmer.»
L’officier se retourna alors avec sa jument, et se rapprocha, pour se faire clairement entendre.

« Je vous rejoindrai au lieu-dit, en attendant, j’ai une affaire personnelle à régler. Ne me décevez point, sinon je ne ferai  aucune recommandation auprès du Général. »

« Il en sera fait selon votre volonté, soyez prudente. »

D’un coup de talon, elle s’élança au galop sur les chemins escarpés. La nuit tombait doucement, tout comme la fatiguée accumulée ces derniers jours. Le vent baisait son visage, lui donnant quelques idées de monologue. Néanmoins, à sa connaissance, il n’en avait écouté aucun. Pourquoi maintenant ? Songea-t-elle perplexe, laissant sa jument la guider vers le village le plus proche, en espérant le rencontrer. Non c’était solution était à exclure.  Secouant fébrilement la tête, la spontanéité serait une excellente arme de pardon.

Elle tenta la première auberge, se débarrassant de son armure rapidement pour ne pas éveiller les soupçons, ni se fermer des portes. Aucun signalement de l’alchimiste par l’aubergiste. Penaude, elle traversa un peu plus le village, à la conquête d’une deuxième. Cependant, elle n’eut besoin de quémander ses réponses qu’il était là, assit, dégustant un repas qui lui rappela la sensation de faim. Andraha s’approcha à pas de loup, le contournant suffisamment pour éviter son regard.  Prenant place au niveau de son œil estropié, elle posa sa main sur la sienne.

« Je suis désolée d’avoir agi de la sorte ce matin. Néanmoins, je ne peux qu’avouer le trouble que tu me causes. Et je ne parle pas pour l’alchimie et ta décision que je ne comprends. A peine quelques instants auparavant, je venais de t’expliquer que je te préférais et souhaitais à l’alchimie si cela nous permettait de vivre quelques agréables moments. Maintenant que tu as donné ta parole, je ne sais quoi penser. »

L’aubergiste s’approcha alors du couple, songeant à première vue à une catin dérangeant ses clients, mais il se ravisa en voyant la dague qui pendait à la ceinture de la jeune femme.

« Tu comptes rester cette nuit ici ? »

Un sourire timide tentait de percer le visage inquiet d’Andraha. Confuse, elle n’avait retiré sa main, serrant davantage ses doigts sur ceux d’Harold.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 21:12
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold mangeait comme un ogre. Il ne s'arrêtait que pour prendre une gorgée de bière avant une contre-attaque.
Un frisson lui parcourra tout le corps lorsqu'une chaude sensation se posa sur sa main. Il dut puiser toutes ses forces pour ne pas sursauter. Maudit angle mort, pensait-il en reconnaissant Andraha.
Il ne répondit pas à son discours amoureux, se contentant de s'essuyer la bouche engraissée. Il avait très bien compris son message et n'avait fait aucune fausse route depuis lors. C'était un test, un test qui devait démontrer si elle était digne de parole ou non.
— Aubergiste, dit-il le plus calmement du monde en présentant une poignée d'or. Mon apprentie a besoin d'une chambre, voici pour le dérangement.
Il se retourna alors vers l'ange et lui parla sans joie, sans haine. Ils étaient deux inconnus qui se connaissaient bien.
— Nous nous lèverons demain à l'aube, sois prête.
Il poussa son assiette et se leva sans daigner une seconde poser le regard sur elle. Puis il partit à l'étage avant de disparaître derrière une porte.
Il lui avait très vite tourné le dos, sans quoi elle aurait vu les larmes de honte lui coulaient sur le visage.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 21:35
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Compréhensible à première vue, elle se concentra assez pour disparaitre aux regards des autres, le suivant rapidement avant que son sort ne prenne fin. La porte se ferma juste à temps pour la laisser se faufiler telle une souris. Maintenant, à part se cacher dans un recoin sombre, elle se devait de réfléchir vite. Ce visage mouillé la rendit plus que triste de l’effet qu’elle lui  faisait. Perdant sa concentration, une larme perla tandis que son corps reprenait une apparence opaque. D’une voix cassée, elle ne put s’empêcher d’ajouter, le dos contre le mur pour se retenir, dans la noirceur de l’angle de cette pièce.

« Harold, tu ne peux me commander, en tant que femme ou apprentie, je suis indépendante depuis trop d’année et loin d’être la plus docile. Mais à en voir ce visage, je comprends à présent que je te cause plus de douleur que de chaleur. Pourquoi faire équipe dans ce cas ? »

Ses joues humides, Andraha se rapprocha des lumières vacillantes, passant les doigts au-dessus d’une flamme. N’osant approcher davantage, elle scruta la salle, avant de rajouter.

« Tu es plus agréable dans tes songes quand on ne se bat point éternellement pour connaitre le vainqueur ou celui qui décidera de faiblir pour se débarrasser de l’autre. »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 21:52
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold la regardait bouche bée. Une fois encore, elle l'avait impressionné. Il était démuni, incapable de réagir à cette intrusion plaisante. Il finit par comprendre. Elle jurait à qui veut l'entendre son indépendance, mais il avait dominé son cœur depuis longtemps et ne pouvait s'en débarrasser. Même les Dieux ne se dresseraient pas contre une femme amoureuse, pensait-il. Sa silhouette se découpa dans le cadre du vitrail, à contre-jour dans la clarté de la lune. Il avait pris soin de lui tourner le dos alors qu'il se déshabillait complètement. Son corps finement musclé était ravagé de blessures et autres cicatrices profondes. Le genre qui trahissaient une vie de souffrance et de conflits. Son épaule était à vif à la frontière de son bras-écorce où s'entremêlaient chair et bois comme une toile brodée.
Sans prêter attention à l'ange qui se tenait auprès de la chandelle, il plongea dans une bassine d'eau chaude en fermant les yeux et lâcha un soupire de bien être. Le silence se faisait lourd, perturbé par les ondulations de l'eau.
— J'avais une femme autrefois, dit-il la voix tremblante. Nous nous aimions chaque jour comme au premier jour. Elle venait d'Oshury, autant dire que son caractère était bien trempé, plaisanta-t-il en ayant des difficultés à retenir ses larmes. Un jour, elle me donna un fils. La chair de ma chair, le sang de mon sang... la même malédiction. Elle ne pouvait le supporter. Elle souffrait nuit et jour à cause de moi, du Conseil... des Juges. Elle refusait que notre enfant subisse le même destin. Un après-midi d'automne, je les ai découverts pendus dans la chambre. Mon fils venait d'avoir un an.
Il marqua une pause plus longue qu'il ne le voulait.
— Tu me fais penser à elle. Aussi forte que têtue. Aussi belle que dangereuse.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 22:11
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Son regard se posa implacablement sur le corps d’Harold. Bien que la lumière des bougies l’empêchait de voir correctement son torse, elle ne put s’empêcher de le fixer, sans bouger, prenant racine devant cet homme qu’elle aimait profondément. Mi-Calion, mi-Jeb’. Elle ne pouvait expliquer cette attirance pour le danger. Il fallait souffrir d’une douce folie pour désirer ceci, songea-t-elle avant de s’avancer doucement vers cette bassine. Elle n’entreprit rien, portant encore sa robe, attendant le moment parfait pour agir.

Leur doux ami refit surface, pour son plus grand bonheur. Il permettait des moments d’accalmie avant la prochaine tempête. Un sourire s’étira sur son visage lorsqu’elle s’agenouilla près du récipient d’eau, plongeant ses doigts pour en tâter la température. Son histoire l’attrista, elle ne pouvait que compatir, et à  présent comprenait ces différentes réactions. La scène d’horreur s’imagina à elle tandis qu’un frisson parcourut rapidement son être. Elle ne souhaitait soulever de si vieux souvenir.

Le silence régna de nouveau, elle n’avait les mots pour le réconforter, ni même le rassurer. Elle ne connaissait, certes pas tous les aboutissants de son engagement, néanmoins, elle se jura de lui infliger pareil souffrance un jour. Andraha ne tiqua à la phrase qu’il rajouta et se permit de le contempler en lui passant l’éponge qui trainait sur le sol.

« Je suis désolée de te rappeler de douloureux souvenir, cependant, il est bien trop tard pour couper mes sentiments. Je ne peux songer à te perdre d’une telle manière, la mort t'arrachera à moi, c'est la seule façon que je ne cesse de te suivre, et encore...»

L’ange reprit à plonger une nouvelle fois ses doigts dans l’eau qui s’étaient rafraichies, ne sachant comment agir.

« Comptes-tu te débarrasser de moi pour cette nuit ou accepter que je partage ton lit ? »

D’une voix à peine audible, cachant son visage dans ses cheveux pour ne montrer sa gêne, elle sourit légèrement.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 22:27
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold se releva sans mot dire. Il s'essuya sans cacher davantage l'avant de son corps et s'habilla pour la nuit. Il embrassa le front de l'ange avant de se coucher et de lui tourner le dos. Il joua un peu avec ses nerfs, pendant qu'un sourire jubilatoire fissurait son visage fatigué. Il resterait un éternelle enfoiré. Il profita du silence qu'il imposait, l'imaginant derrière à la fois abasourdie par son refus et vexée par son mutisme.
— Si tu restes, tu me dois six sous pour la chambre non utilisée, finit-il par lâcher.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 22:44
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

La gêne de l’ange se transforma bien plus que cela, lorsqu’il se décida à sortir de la baignoire. Elle avait déjà auparavant vu des hommes. Cependant, elle ne souhaitait se précipiter, ne voulant donner une image négative à son compagnon de voyage. Docile, l’ange virevolta jusqu’au lit, espérant un moment de reconnaissance ou de complicité. Mais quelle ne fut sa surprise en se retrouvant, seule, car il n’y avait de mot face à cette insolence. D’un sourire gêné, elle passa à une moue indescriptible, tandis que ses sandales touchaient le sol. D’un ton offusqué, elle lui répliqua aussi sec, finissant par rentrer dans les draps, n’avouant sa cuisante défaite.

« Tu les auras tes pièces et d’ici demain. Je ne compte me retirer dans une pièce vide d’émotions et de chantages en tout genre. »

Néanmoins, elle dégagea une de ses ailes et ne put s’empêcher de venir le chatouiller sur le flanc. Un jeu enfantin, mais qui casserait doucement la glace. Un cliquetis métallique se fit entendre, sa ceinture ainsi que sa dague venaient de rejoindre ses autres habits.

« Tu comptes à présent  me bouder ? Certains voient en l’ange, une créature pure qui ne cache ses dessins, et beaucoup donnerait tout l’or du monde pour partager leur lit. »

Les flammes l’éclairaient encore, tandis qu’elle lui tirait la langue, ne pouvant s’empêcher de l’embêter de plus belle, n’ayant sommeil. S’approchant davantage, elle posa délicatement sa main sur son épaule, parcourant de ses doigts la musculature et les cicatrices. Un passé chargé qu’elle ne pouvait effacer. Sans crier garde, elle plaque ses pieds froids contre les jambes de l’alchimiste, recherchant la chaleur humaine avant tout.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 23:06
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold rigola. Elle lui prouvait une énième fois son caractère enfantin. Mais cette fois-ci, il s'abandonna au jeu et se retourna brusquement afin de la prendre par surprise. Il picota avec la pointe de ses griffes son flanc jusqu'à ce qu'elle lui tourne le dos en se contorsionnant. Le moment était venu. D'un geste aussi ferme que délicat, il l'attrapa et la plaqua contre lui. L'immobilisant dans son étreinte chaleureuse. Sa peau contre la sienne, son souffle saccadé fouettait son bras contre sa poitrine, alors que son autre main lui caressait le bassin. Il lui baisa l'épaule tendrement, lui dégageant les cheveux du cou, avant de laisser le calme de la nuit reprendre le dessus.
— Ce qu'ils ne savent pas, c'est que ces anges ont un si sale caractère qu'ils vous font vieillir prématurément, taquina-t-il.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 23:22
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Ce rire. Gravé à jamais dans son cœur. C’était la première fois qu’elle le voyait détendu  et si ouvert. Elle ne put cacher plus longtemps ce large sourire et culpabilisa presque d’avoir eu recours à ce genre de eu pour capter son attention. Andraha eut l’impression de redécouvrir un tout autre homme. Les  différentes facettes de sa personnalité ne la laissaient indifférente davantage, ne regrettant son choix. Néanmoins, elle ne s’était préparée à de telles représailles et gesticula dans tous les sens pour échapper à son agresseur, tentant entre deux rires de lui quémander gratitude. N’en pouvant davantage, l’archère se dirigea vers le bord du lit pour prendre la fuite. Son rire se stoppa nette en le sentant si proche, son souffle dans le cou, et ses  mains sur son corps.

La pièce se réchauffa doucement. Andraha, d’un geste délicat se retourna pour lui faire ainsi face et scruter son visage, imaginant ses pensées et ses souhaits.

« Ainsi, tu oses avouer que mon caractère est digne d’un âne. N’as-tu donc jamais appris que les anges sont des créatures bien viles, qui s’offusquent rapidement » répondit-elle au tac au tac.

D’une mine boudeuse, qu’elle ne réussit à tenir longtemps, elle approcha ses lèvres pour quémander un baiser. Apposant son visage à celui de l’alchimiste, ses ailes se refermèrent doucement sur leur étreinte, tel un cocon protecteur. D’une  main délicate, l’officier lui caressa les cheveux, descendant vers sa nuque. Rompant ce contact de plein grès, elle lui susurra dans l’oreille.

« Tu fais de moi une femme comblée, Harold, je ne peux m’exprimer davantage, l’émotion  et la surprise me submergent. »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Sam 11 Avr - 23:40
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

Harold la prenait dans ses bras, dans ce havre contre le monde. Leur romance débuta dans la chaleur d'un lit, un voyage qu'il ne voulait pas oublier. Il se mit sur le dos, les bras croisés derrière la tête et l'invita à se reposer contre lui. Alors qu'elle lui parlait et lui caressait le torse, l'alchimiste eut une pensée agréable. Il voulait lui faire l'amour. D'un geste lent mais ferme qui trahissait ses nombreuses années aux bordels, il la coucha et la domina du regard. Sa main parcourait son corps si doux pendant que ses baisers descendaient de la base du cou jusqu'à ses seins. Ses doigts effleurèrent son entre-cuisse qui se referma machinalement. Il lui sourit, lui faisant comprendre qu'il ne la forcerait jamais et continua ses caresses et baisers sous le silence de la lune.
Un rêve qu'Harold faisait avec un large sourire gravé sur la face. La journée, l'émotion et la bagarre en ville l'avaient épuisé. Il était tombé endormi comme une masse alors qu'Andraha lui exprimait son bonheur. Rien ne semblait pouvoir troubler son sommeil. Pas même ses propres ronflements.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 0:05
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : ConnuAlignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Une dette incongrue, Tredë An 10

Ce parfum enivrant, et cette douceur qu’elle ne reconnaissait. Le jour et la nuit. L’ange savoura ce dernier moment avant de s’endormir en paix, affrontant surement la tempête de demain. Elle y mettait sa main à couper qu’une fois en dehors de cette chambre, cet homme se renfermerait telle une coquille. D’un geste timide, elle fit courir doucement le bout de ses doigts sur son corps, pour en mémoriser les différents traits.

« Tu es un bien doux amant, et je ne regrette mes choix. »

A peine eut-elle terminé cette phrase, sa tête reposait à présent sur les oreillers, n'ayant la force de se tenir encore sur ses coudes. Elle n’avait une totale confiance pour lui livrer son corps et l’accepter tout entier. Fermant les paupières, l’ange lui caressait la nuque, avant de s'apercevoir que ce dernier avait rejoint le doux monde des songes, soulagée de ne subir la suite. Se pinçant les lèvres, elle aurait aimé une toute autre fin, une touche finale pour conclure cette soirée féerique.

Longuement, Andraha scruta le plafond, la pièce sombrant dans la nuit, la dernière bougie venait de rendre lame. Elle ne pouvait croire en ce rêve, ayant peur de sombrer dans la réalité. Ainsi, ce n’est qu’au petit jour que la jeune femme trouva le sommeil, collée à son compagnon.


*
**

Elle s’esclaffa doucement tandis que les rayons réchauffèrent son corps, les ronflements d’Harold l’ayant réveillé. La fatigue était palpable, mais sans regret. D’un baiser doux sur les lèvres, l’ange tenta de le ramener dans le monde réel. Rien ne se produisit. Caressant son visage, elle sauta du lit pour profiter de la baignoire. Allumant un feu avec les buches présentes dans un coin de la pièce, Andraha fit chauffer l’eau avant de s’y plonger. Ses muscles se détendirent, les uns derrière les autres, quand un bruit l’alerta.

« Il faut croire que rien n’ébranle ton sommeil » dit-elle sans prendre la peine de se retourner.

Andraha eut envie de rajouter une toute autre phrase,   mais prit peur en voyant le corbeau dans la chambre, émettant un croassement.

« Satané bestiole, tu as bien failli le réveiller. »

Soupirant, elle plongea alors la tête dans le peu d’eau restant. Ne comptant les secondes s’écoulaient, une légère pression lui fit comprendre de son manque d’oxygène.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue Dim 12 Avr - 0:24
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : AlchimisteClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : AnodinAlignement : Neutre
Personnage : /Présentation : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Une dette incongrue, Tredë An 10

La lumière de l'aube vint lui chatouiller les paupières. Il grogna un instant, mécontent de quitter ses rêves. Il ouvrit doucement les yeux, cherchant du regard sa compagne. Il la regarda sans broncher prendre son bain, le sourire aux lèvres. Il finit par s'étirer nonchalamment, poussant un râle de plaisir à l'étirement de chaque muscle.
Il s'était mis en retard. En ce rythme, le Naga mourait de vieillesse avant de les rencontrer. Pourtant, il s'en fichait. Au diable le contrat, au diable le Conseil et que vive ces derniers instants sur Terre. Viendra bien assez tôt le jour où il dînerait en enfer. Pour l'heure, il voulait goûter à ses lèvres.
Mais ne pouvant se trahir à lui-même, il commença la journée sur une note satyrique :
— Encore là ? Je croyais que tu serais partie après avoir pris ma bourse et ma virginité.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Tredë, An 10] Une dette incongrue
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adrietha  :: Continent d'Adrietha :: Bassin des Cascades :: Foret algueuse-