Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet
Répondre au sujet
Pyrron Flamsang
Sujet se trouvant dans  :: Les piliers :: Naissances :: Fiches abandonnées
Invité
MessageSujet: Pyrron Flamsang Mar 7 Avr - 17:49
Pyrron Flamsang

Le Phoenix
Personnalité
Identité
Nom : Flamsang
Prénom : Pyrron
Âge : 27
Genre : Masculin

Informations
Métier : Explorateur
Race : Humain-Garou [Phoenix]
Peuple : Oshury
Classe Sociale : Noble
Utilitaire
Sort :
- le Feu Solaire
Le Feu Solaire est l'héritage principal des trois legs du légendaire Dhorn Firheald à sa descendance (avec les pupilles rouge-orange et le don moins répandu de la "Larme-du-Soleil"). C'est l'énergie à l'origine de leur capacité à se transformer en phœnix, présente dans leur sang et dans leur chair. C'est un contrôle parfait sur le feu élémentaire et la génération de feu solaire. Les Flamsang se distinguent des autres pyromanciens par leur capacité à réellement "commander" au feu, lui ordonner de brûler ou pas telle chose ou tel être, comme s'ils "parlaient" avec le feu lui même. Certains peuvent même leur donner forme compacte ou fluide en fonction des situations. Les flammes solaires sont également plus lumineuses que les flammes élémentaires et se distinguent par une couleur orange caractéristique.
Arme :
-Épée longue à lame noire de Nordeflamme
C'est longue épée à une main à la lame noire ont la seule particularité de se transformer en flamme lorsque le propriétaire (pour autant que se soit un Flamsang) se métamorphose en Phoenix. Ainsi, comme si c'était un objet léger à l'instar de leurs habits, les épées suivent la métamorphose et se reconstitue lorsque le Flamsang reprend forme humaine.
-Ses serres et son bec, en forme de Phoenix

Liens
Aucun
Famille/Guilde/Clan
• Famille : Flamsang (exterminé)
Firheald (disparue)
Descendant direct de Dhorn Firheald
• Guilde : Aucune
• Clan : Nordeflamme (exterminé)

Caractère
➽ Taciturne
➽ Calme
➽ Rêveur
➽ Sarcastique
➽ Introverti
➽ Rancunier

Physique
Forme Humaine
➽ Pupilles rouge-orange flamboyantes
➽ Cheveux gris-argentés
➽ Traits ferme de jeune homme
➽ Taille moyenne (1m85 pour 90 kg)
➽ Silhouette élancée
➽ Teint légèrement bronzé, tanné comme les montagnards
➽ Visage anguleux

Forme de Phoenix
➽ 1m80 d'envergure, ailes déployées
➽ 1m60 du bout du bec jusqu'au bas du corps
➽ Plumes de queue (appelées Queue de la Comête) longue de 1m
➽ Plumage rouge-orangée
➽ Bec et serres de rapaces, semblable à ceux d'un faucon.
➽ Le Flamsang peut lancer une transformation et revenir à l'état humain avant la fin de celle-ci, ce qui permet de bénéficier de la propulsion des ailes de phœnix et gagner en agilité et en vitesse lors des combats.
➽ Lors de la transformation d'humain à phœnix et vice-versa, le corps devient le temps d'une seconde pure flamme.

Histoire

La Saga du Phœnix
Prologue - Chap. III :
La Nuit où le Soleil Saigna

1) L'Enfance
Je suis né à Pyroung, à l'aube de la saison de Rüde, par une froide nuit blanche de neige. Mes parents, Fyrron Flamsang et Arriane de Maëyar, qui habitaient jadis à la capitale, ils avaient quitté leur manoir pour travailler dans un hopital. Après ma naissance, ils décidèrent de revenir au village de ma famille : Nordeflamme. Une paisible bourgade posée tranquillement dans une vallée au Nord du Pont des Morts,  regroupant le clan Flamsang ainsi que plusieurs marchands itinérants et familles de bucherons vivant de la forêt à l'Ouest.
Ainsi je grandi au sein de mon clan : les Flamsang. Métamorphes se changeant en phœnix pour dompter le ciel, manipulant les flammes comme si elles n'étaient que de longs morceaux de soie et ayant la capacité de chauffer leurs réseaux sanguins pour annihiler tout corps nocifs dans les veines. Cette habilité se nommait la "Larme-du-Soleil", car on dit que les flammes des phœnix proviennent du Soleil. En chauffant notre sang, nos yeux déjà rougeoyants s'illuminaient et les poisons et venins se dissolvaient dans un torrent de feu. Cela permettait aussi d'annuler les effets d'ébriété et les plus aguerris pouvaient même annihiler certaines maladies en se concentrant sur le flux des flammes dans leur corps. Certains prétendaient que de rares membres du clans sont parvenus à dissiper des malédictions lancées par des sorciers.
J'appris donc à mon tour à manier les flammes et à user de mes ailes. Ce sentiment de liberté lorsqu'il n'y a que des nuages pour vous soutenir était un bonheur partagé par tous les membres du clan. Oahrron, un des maîtres d'armes, m'initia au maniement de l'épée à la demande de mon père. Ce dernier souhaitait que j'apprenne le maniement de l'épée auprès de la plus fine lame du clan et aussi d'occuper son vieil ami pour qu'il cesse de dépérir tristement dans sa maison. Oahrron avait perdu son fils quelques années auparavant et ne se remettait que lentement. Mais tout le village le soutenait, ses exploits à la guerre l'honorait et son talent de chef faisait de lui un maire aimé nommé à plusieurs reprises
L'épée ! Arme de prédilection de la famille. Ces épées à lame noire étaient en réalité forgée par un mélange de lave en fusion, de cristaux rougeoyants et du savoir faire des maitres forgerons. Ces armes, comme du feu solidifié, répondaient au moindre ordre de son propriétaire et se changeaient facilement en flamme lorsque celui ci se transformait en phœnix, car les métamorphes du clan ne pouvaient transformer avec eux que des objets légers : vêtements, effets personnels. Aucune arme lourde ou armure pesante. Ces lames étaient l'exception car elles étaient en parfaite symbiose avec son propriétaire.
Lors de mon quinzième anniversaire, j'allât comme le voulais la tradition, chez le maître forgeron pour recevoir mon épée. Toute la journée durant, je travaillais sur cette arme au côté de l'artisan. Lors de la phase finale, il remplit une gemme de mon sang qu'il incrusta dans le pommeau de l'épée. Par ce lien, la lame n'obéirait qu'à mon seul et unique ordre, même un autre Flamsang ne pourrait s'y opposer. Mais la lame, forgée pour un adulte, était encore trop grande pour que je m'en serve. Pendant deux années, je travaillai donc en tant que chasseur et j'appris à manier l'arc et les flèches. Cependant même si je ne m'en servais pas encore, je ne me séparais jamais de mon épée, courant ou volant dans les bois à la traque de gibier.

2) La Nuit où le Soleil saigna

En Oshury, notre clan était réputé mais demeurait humble et discret, satisfait du calme de leur village. Mais notre "Larme-du-Soleil" attisa la jalousie, puis la colère, d'une faction d'extrémistes draconiens : L'Ecaille Pure. Cette organisation, quasi sectaire, vouait une haine farouche envers toute autre race que les draconiens et souhaitaient instaurer une nation Oshuryenne entièrement draconienne. Il avait déjà été jugés coupables de plusieurs massacres un peu partout dans le Pays, commandés par leur chef : un draconien fanatique du nom de Sarhzak Aargun. Ce dernier souhaitait ardemment faire subir le même sort aux Flamsang, jugeant leur capacité à manipuler le feu jusque dans leur sang impie et profane. Mais c'est cette même capacité qui le dissuadait de toute action, les membres de l'Ecaille Pure devaient par le feu détruire leurs ennemis et comment consumer des personnes dont le feu bout dans leurs veines...
C'est ainsi qu'apparut un nouvel ennemi, mon ennemi : Kargaroth. Un sombre et mystérieux démon à la tête, déjà à l'époque, d'une solide organisation secrète qui œuvrait à ses desseins dans plusieurs pays. Ses desseins me restent cependant, encore aujourd'hui, assez flous. Il semble vouloir faire fortune en travaillant comme soutien économique et marchand d'arme parmi les états des grands pays, tout en finançant dans l'ombre les factions séparatistes ou révolutionnaires, attisant ainsi les conflits et alimentant son secteur d'activité. Mais je commence à douter de la simple envie de ce sombre mécène à vouloir faire fortune.
Ainsi, l'Ecaille Pure fit un pacte avec le démon. Ce dernier, par un sort de sa connaissance, souilla la nature même du feu des draconiens. Leurs flammes devinrent d'une étrange couleur verte, et leurs dommages flétrissaient ce qu'ils attaquaient, comme une corruption démoniaque. Aveuglé par cette nouvelle habilité, Sharzak fit de ce sort, qu'il baptisa "Flammes d'Emeraude", un rituel de passage auprès de tous les membres de la secte. Il lança ensuite l'assaut sur le village de Nordeflamme.
Par une nuit hivernale, l'année de mes dix-sept ans, j'étais part chasser dans la forêt à l'Ouest. N'arrivant pas à dormir, j'avais décidé de parcourir les bois, en quête de quoique ce soit pouvant attirer mon attention. Je courrais ainsi, dans le froid de la neige, sans même frissonner. Chauffer son sang, quel avantage. Mais tandis que je randonnais, inconscient, les draconiens approchaient de l'entrée Nord de Nordeflamme ...
Je revins sur mes pas lorsque j'aperçut une macabre lueur verte au loin dans la vallée. Je courut, sautai, volai, pour arriver à la lisière. Mais je ne pu que voir avec horreur mon village en train de se faire consumer par d'étranges flammes vertes. Une troupe de draconiens dansaient fanatiquement autour d'un feu de joie constitué de cadavres fumant empilés sans décence les uns sur les autres. En retrait, un draconien et un être drapé dans une longue cape noire ne participait pas à la macabre danse. Je m'approchai à pas de loup, silencieusement, et me cachai derrière les ruines de la maison du boulanger, encore en train de brûler. J'observai les deux sombres personnages. Le draconien s'inclina devant le sinistre être qui ressemblait à un humain mais avait la peau noire, des cheveux gris et des yeux de serpents d'un vert profond. Un démon.
"Je vous remercie pour votre aide à l'éradication de cette vermine, maître Kargaroth !!! La puissance que vous nous avez fournie, nous permettra j'en suis sur, de ramener l'ordre au sein de ce pays !"
Kargaroth sourit et dévoila des dents pointues.
"Allons, Sharzak ! Vous avoir permis de réaliser ceci ne fait pas de moi votre maître. Vous n'aurez nullement besoin de moi à l'avenir pour régler vos affaires ... Aussi je laisse le destin de ce pays entre vos mains, je suis persuadé que vous saurez quoi en faire !"
Le sourire machiavélique toujours présent sur le faciès du démon me laissa croire que ce dernier ne pensait pas une seconde que les draconiens amènerait l'ordre dans le pays, que du contraire. Sharzak s'inclina une seconde fois, et Kargaroth s'en alla. Je réprimai une furieuse envie de leur décocher des flèches dans le dos car après réflexions, je n'en aurai pas assez pour toute la secte. Je devais éviter de mourir maintenant si je voulais espérer venger ma famille. Je regagnai furtivement la lisière de la forêt, de là je regardai une dernière fois en arrière, vers le village qui continuait à luire de cette affreuse lueur verte. Je posai mon regard sur Kargaroth qui avait atteint la sortie du village et rejoins un cavalier qui l'attendait avec un cheval libre. Sans doute un larbin. Le démon grimpa sur la monture et les deux chevaux firent rapidement disparaître leurs silhouettes dans les ténèbres de la nuit.
Après une ultime contemplation de mon foyer, désormais détruit, je parti sans me retourner vers le Sud. Tandis que je courrais dans la forêt, je scellais dans ma mémoire le visage de Sharzak le draconien et de Kargaroth le démon. Qu'ils continuent leurs sombres machinations, je reviendrai quand je serai prêt. Ils apprendront que lorsqu'on joue avec le Feu ... on se brûle !



3) Trappeur
Je m'exilai au Pays du Vent, que je parcouru pendant cinq ans au sein d'un groupe de trappeur. Je rencontrai de nombreuses créatures dont je n'avais même pas imaginé l'existence avant. Je vécu parmi des Djinns, d'étonnantes créatures, qui me racontèrent les légendes de leur peuple et qui éveillèrent cette insatiable envie de mystère qui me titille, encore aujourd'hui,  la tempe dès que ma curiosité est piquée à vif. Mon conteur favori fut Aargon, un Djinn travaillant comme batelier sur le fleuve tendre au sud de Ciend.
Je m'informais du mieux que je pouvais des activités de la secte grâce aux marchands itinérants qui venait de mon pays natal. Apparemment, le feu du démon dont ils se servaient pour leurs crimes les avaient rendus encore plus impopulaires, même parmi les autres draconiens. Ils étaient donc obligés de commettre leurs méfait en secret et conservaient un nombre limité d'adhérents. Quant à Kargaroth, c'était plus compliqué d'obtenir des informations, j'appris seulement que son empire croissait de jour en jour.
La cinquième année, je rencontrai un ancien maître d'arme ange à Falcon, Antioch Armlight, capable d'assimiler ses sorts de lumières à son glaive et à la maitrise de la lame impressionnante. Je fit quelques duels amicaux avec lui, pour me dérouiller de tout ce temps à ne pas me servir de ma lame noire que j'avais rebaptisée alors "Nordeflamme", du nom de mon village. Je contai à l'ange mon histoire, lui expliquant mon intention de retourner dans ma patrie lorsque j'aurai assez de fond pour mener une enquête afin de débusquer tous les membres de l'Ecaille Pure. Le vieil ange, excité par son envie de revoir ces moments de gloire, d'action et de quête de justice, me proposa de m'accompagner dans ma quête. C'est ainsi, accompagné d'un redoutable allié, que je reparti vers mon pays natal ....

4) L'éradication de l'Ecaille Pure
Pendant deux ans, Antioch et moi, nous récoltions rumeurs, nouvelles et indications. Le pécule que j'avais réuni en tant que trappeur et les fonds de l'ange nous permirent de nombreux pots-de -vins en échange de ces indices. Finalement, après avoir assemblé assez d'informations, nous localisâmes l'emplacement de la cache de la secte et la date à laquelle, environ chaque mois, les membres se réunissaient pour faire le rapport de leurs funestes actions et fêtaient allègrement leur "supériorité raciale". Ce serais là un moment parfait pour attaquer, lorsque tous ces fanatiques tituberaient sous l'effet de l'alcool.
Ainsi, par une chaude nuit de début de Tredë, Antioch et moi, nous nous infiltrâmes dans les égouts d'un village abandonné à l'Ouest du Lac des Limbes qui leurs servaient de repaire. Comme prévu, les draconiens imbibés de bière ne présentèrent aucune menace. Nous n'étions que deux face à une cinquantaine de sectaires mais leur pas mal assurés leurs furent fatal. Quant aux rares flammes vertes qu'ils arrivaient à lancer sur nous sans enflammer leur compagnons, elles se brisaient comme l'eau sur les rochers au contact du bouclier de lumière de l'ange. Seul Sarhzak, qui était resté relativement sobre, nous lançait précisément des jets de flammes démoniaques, mais hélas tout aussi inutile que les précédents lorsqu'ils s'heurtèrent à la protection lumineuse du maître d'arme. Nous l'acculâmes dans la salle des rituels où là, en désespoir de cause, il se jeta furieusement sur moi, et s'empala presque de lui même sur mon épée. Son corps dévala, inerte, les marches de l'autel. L'Ecaille Pure était vaincue.

5) Quand on appelle le diable on en voit l'ombre.
Après avoir vidé le repaire de ses occupants, nous entreprîmes de nous charger de Kargaroth. Le plan consistait à lui envoyer un message de la part de Sarhzak, lui disant que certains effets secondaires survenait après l'utilisation des flammes maudites. Ceci devrait l'amener à venir en personne et à entrer dans ce repaire pour revoir son vieux complice. L'ange voulut me convaincre, que l'on pouvait le vaincre à deux mais je refusai. Si le démon mourrait, son empire survivrait à travers ses multiples bras droits dont le principal était un drow sanguinaire nommé Akzeal. La seule manière d'en finir avec son empire du crime était soit d'assassiner un par un ses lieutenants, ce qui finirait par une guerre ouverte avec lui et donc quasi impossible à remporter. Soit de faire prendre le démon en flagrant délit par les autorités du pays du Feu, qui après avoir eu la preuve de son implication, relaieraient l'information partout dans le monde pour que le réseau soit attaqué de tout part et par tout le monde.
J'obtint la patience de l'ange qui resta au repaire en attendant que je revienne avec la garde Oshuryenne. Mais celle ci ne crû pas ce qu'elle prit comme un vagabond et me renvoya. Je pense cependant que la simple évocation du nom de Kargaroth les a dissuadés de s'impliquer contre le démon, ou alors comme je le suspectait : ce dernier avait fait affaire avec l'armée Oshuryenne et celle ci fermait les yeux tant qu'on ne lui présentait pas de preuve tangible directement sous le pif ... Je repartis pour le repaire, tristement, pour annoncer à Antioch qu'il faudrait attendre. Mais il n'avait pas attendu ...
Le repaire était rempli de flammes vertes qui rongeaient peu à peu les murs des salles, comme de l'acide. Je peinai à atteindre la salle des rituels où une vision d'horreur m'attendait : mon ami, si majestueux lorsque je l'avais quitté, était démembré et ses morceaux empalés sur d'étranges pics noirs. La salle entière en grouillait, elle avait été entièrement saccagée, l'autel avait été vaporisé. C'est une bataille titanesque qui avait du se passer ici, qui au final aura vu la lumière d'Antioch plier face aux mystérieuses flammes et ombres du démon. Je récupérai un à un les morceaux de mon défunt ami puis je quittai à jamais ce repaire de malheur qui finit peu après mon départ par s'effondrer sur lui même.
Après avoir enterré mon compagnon dignement, je reparti vers le Sud. La traque continuait mais il faudrait du temps pour faire tomber Kargaroth, et des capacités hors-normes pour le défier.



6) La traque commence

En attendant, je parcours le monde, rencontre des êtres étonnants, d'autres beaucoup moins. J'ai commencé à appeler les citadins les "Bavards" ... Peut être que c'est moi qui suis moins loquace cela dit. Bref, si d'aventures, dans les Terres Sauvages, vous croisez un homme de noir vêtu, aux cheveux d'argent et aux pupilles de flamme, sachez qu'il acceptera volontiers de partager son repas si vous avez de belles histoires à lui raconter en retour.




Dans l'univers...
Que pense-t-il de l’œuvre de la reine Adrietha ?
Sans avis, elle a surement dû en avoir marre de l'afflut de "Bavards" autour d'elle, raison pour laquelle elle a disparue ! Mais sa disparition est devenu le mystère le plus connu du monde. Après en avoir fini avec ma "chasse au démon", j'entreprendrais bien de me pencher sur cette énigme ... sauf si je tombe sur un indice entre temps.
Que pense-t-il de la politique de sa nation ?
Sans avis. Etant constamment hors des routes, je ne prête guère attention aux règles des villes. Dans les Terres Sauvages, seul l'instinct de survie compte. Evidemment, quand je suis en pleine "civilisation", j'évite de m'attirer des ennuis, en particulier avec la milice locale.
Quelles sont les races ou les peuples que ton personnage aime particulièrement ?
Les Djinns, lors de mon exploration de la Dune des vents, ces êtres pleins de sagesse m'ont plutôt impressionné : comme moi, il préfère ne rien dire, plutôt que de déblatérer des âneries. Sauf lorsqu’ils racontent des histoires et des légendes, ils ont alors le don de vous hypnotiser par leur récit.
Quelles sont les races ou les peuples que ton personnage hait particulièrement ?
Je n'ai pas de réel haine envers une race particulière. J'évite cependant de trop fricoter avec les démons étant donné que ma proie est l'un des leurs. Et même si j'ai certains amis draconiens, je ne peux retenir une légère méfiance envers eux. Séquelle psychologique due au fanatisme de l’Écaille Pure et ses conséquences.
Où habite votre personnage ?
Le Clan Flamsang s'est installé au Nord du Pont des Morts, il y a de cela des siècles avant d'être exterminé par les fanatiques draconiens de l’Écaille Pure. Depuis, j'ère dans les Terres Sauvages, à la frontière entre le Pays du Feu et le Pays du Vent. Mais je possède néanmoins une petite boutique à Pyroung qui était l'atelier d'alchimiste de mon père, et bien avant cela le magasin de cartes de mon aïeul. Je n'y met pratiquement jamais les pieds, mais c'est toujours bon de savoir que l'on a une "chez-soi"
HRPG
Petite présentation : Truite
Rythme et particularités RP : Régulier.
Comment as-tu connu le forum ? : Par Varwyn.
Code du règlement :

Avatar du personnage : Ici


Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 22
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pyrron Flamsang Mar 7 Avr - 18:16
Bienvenue par ici !

Il y a quelques points à régler pour être en ordre avec le règlement :

→ La race métamorphe n'existe pas. Il faut remplacer par Garou.

→ Trop de métier, il faut en choisir un parmi les trois.

→ La manipulation des flammes n'est pas une arme matérielle, et tu as déjà choisi ton sort. Il faut faire un choix.

→ Après réunion des admin, il a été déclaré que si le sort Larme-Du-Soleil est choisi, il ne peut guérir que le poison et la maladie. Le reste lui offre trop de puissance.

→ Il manque le code du règlement ainsi qu'une petite présentation

→ Attention ! Tu détruis le codage, essaye de régler ça.

Après une première lecture, je n'ai rien à dire sur l'histoire.
Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pyrron Flamsang Mar 7 Avr - 19:07
Plop l'aventurier Sourire

Je viens avec mes commentaires sur l'histoire, au passage j'ai réglé ton souci de code ^^
- Comme l'a cité Varwyn les métamorphes n'existent plus sur Adrietha, donc c'est à remplacer.

- "L'épée ! Arme de prédilection de la famille. Ces épées à lame noire étaient en réalité forgée par un mélange de lave en fusion, de cristaux rougeoyants et du savoir faire des maitres forgerons. Ces armes, comme du feu solidifié, répondaient au moindre ordre de son propriétaire et se changeaient facilement en flamme lorsque celui ci se transformait en phœnix, car les métamorphes du clan ne pouvaient transformer avec eux que des objets légers : vêtements, effets personnels."
> Soit tu as ton pouvoir, soit ton arme a un pouvoir, les deux ne sont pas cumulables.

- "Antioch Armlight, capable d'assimiler ses sorts de lumières à son glaive et à la maitrise de la lame impressionnante."
> Qu'il maitrise son glaive et la magie est acceptable. Par contre qu'il possède plusieurs sorts, non, à l'heure actuelle les piliers ne sont toujours pas brisés.

- Par la suite, tu sais que le pouvoir à Oshury a changé et l'armée également puisqu'Andraha a vendu Callion et le reste qui va avec. En soit pourquoi il n'est pas allé demander de l'aide au nouveau roi ?

Physique : il manque une description de la forme garou, ainsi que les capacités de ce dernier, est-ce qu'il peut voler, le temps de vol....

Voila mes petites remarques.
Invité
MessageSujet: Re: Pyrron Flamsang Mar 7 Avr - 19:49
mouais en clair, avec tous les changements, mon histoire à plus lieu d'être ...
Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pyrron Flamsang Mar 7 Avr - 20:43
A toi de voir ce que tu souhaites garder/modifier. Concernant mes réflexions, en dehors de la première cela ne change rien en ton histoire, je te fais juste remarqué l'incohérence de ton mage par rapport à la magie et une demande d'explication pour l'autre.

Je rajoute que ton arme même sans pouvoir peut toujours t'obéir qu'à toi, là n'est pas le soucis, tout comme sa façon d'être forgée.

Concernant les métamorphes, les garous reprennent la même caractéristique : corps humain et l'autre animal que tu dois d'ailleurs d'écrire qu'on se fasse une idée quand même.

Si jamais tu veux revoir/avoir des explications en plus, je suis disponible.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pyrron Flamsang
Page 1 sur 1
Réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adrietha  :: Les piliers :: Naissances :: Fiches abandonnées-