Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet
Répondre au sujet
[Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens
Sujet se trouvant dans  :: Continent d'Adrietha :: Région de Charmon :: Province de Damnain
Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Lun 2 Nov - 19:13
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : Alignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

« Tu manques de dextérité et de rapidité. Que t’ai-je donc enseigné ? Qu’as-tu fait durant mon absence ? Flirter avec les bourgeoises. Je perds  mon temps, et tu le sais, j’en ai horreur. »

Son apprenti le plus fidèle, Kayle, un jeune ange, tentait une nouvelle fois de viser sa cible sous la pression de l’officier. Depuis son retour, Andraha s’était quelque peu renfermée. Froide, elle ne manquait pas d’étonner son entourage. Personne ne comprenait, Sier le premier qui  ne cessait de la réprimander sur son attitude envers ses sub-alternères.

« Nous travaillons depuis des heures, Mada… »

« Est-ce une raison de se plaindre ? Lors d’une guerre, le monde du dessus t’ouvrirait ses portes dès les premières heures. Change donc de comportement et cesse de te lamenter. »

Le crépuscule tombait. La pièce s’assombrit lorsqu’ils terminèrent la séance. Exténués tous deux, l’ange prit ses affaires et rentra, sans une explication, laissant le jeune homme dans le désarroi. Elle était l’une des meilleurs, mais à quel prix.

La demeure de son premier amant était d’une saleté inimaginable. Presque une saison s’était écoulée depuis son départ. Andraha avait eu pour projet d’embaucher des domestiques pour la tenir. Voir des personnes s’agitaient sans arrêt, était une chose qu’elle ne supportait presque plus. Au moment le plus critique de sa vie, elle avait eu le choix de l’abandonner pour  une bien meilleure et peut-être radieuse, son choix était le  mauvais. Seule, abandonnée, elle regrettait le départ de la forteresse léguée par Harold, qui était au final un havre de paix. Cette histoire d’héritier, l’enfant entraperçut à Carathiel, le Conseil des Treize, son destin était tout aussi maudit que ses conquêtes.

L’escalier grinça, un film de poussière retomba après son passage. L’ange se stoppa devant l’ancienne chambre du Général. Elle n’y avait point remis les pieds depuis sa mort.   Un soupire fendit le silence tandis que les larmes lui piquèrent les yeux. La nostalgie lui noua la gorge. Epuisée moralement et mentalement, elle avait tant espéré de ce retour parmi une vie réelle et se coucha dans les draps repassés. Les déceptions, les remords et les rumeurs avaient été un atout considérable pour la basculer à nouveau dans une cellule infernale.

La nuit la perturba davantage. Plusieurs films se bousculèrent dans sa tête, des moments avec l’ancien propriétaire du domaine, Calion, puis Harold. Pourquoi était-elle attirée par eux ? Quel était leur point commun ? Perplexe, elle termina son épopée avec son enfant, sa seule réussite.

La fin de la décade s’annonçait, comme à son habitude depuis son retour, l’officier fuyait pour des balades et la chasse. En proie au chagrin et à l’angoisse de croiser son reflet dans le miroir, la jeune femme prépara sa monture. Le Nord de Charmon était son objectif. C’était l’un des rares endroits où elle se sentait en sécurité, loin des civilisations, seule avec ses  pensées.

Malgré le début des chaleurs, un vent quelque peu glacé soufflait sur l’archipel. L’aube se levait doucement, marquée par un dégradé de couleurs pastelles. Perdue dans ses pensées, l’ange fit une halte, vers midi dans une auberge à la frontière avec la région de Charmon. Elle emprunta quelques raccourcis, évitant ainsi les routes commerciales et les hameaux trop importants. La nuit se coucha à nouveau sur le continent. Andraha fit une seconde halte dans la forêt bordant les montagnes de l’ouest. Cachée dans une ancienne grotte, la jeune femme s’imagina dans une toute autre vie, avec une enfant, une petite fille ressemblant étrangement à Harold. Un sourire se sculpta sur son visage tandis que le sommeil l’emporta dans des tourments bien plus sombres.

En sueur, un cri raisonna dans sa modeste demeure.  Désorientée, l’archère se remit de ses émotions et plongea dans l’eau glacée de la rivière qui longeait le chemin vers le Nord. Elle sentait cette pulsion, cette envie d’y retourner pour en avoir le cœur net, pour ne pas abandonner, pour sentir sa présence à ses côtés. Frigorifiée, la jeune femme sortit du cours d’eau et se sécha vigoureusement avant de reprendre son chemin.

Le paysage changea peu à peu, les larges montagnes laissaient place au début de la jungle. Un endroit dangereux, elle n’avait pas envie d’y mettre les pieds. Se perdre et se faire dépouiller étaient à exclure en ce moment. A quelques kilomètres de sa position, un bois abritait, surtout à cette période-là de l’année, de nombreux cervidés. Tournant le dos à l’épaisse végétation, elle s’élança au galop et ne mit pas longtemps à  tomber sur sa première proie.

Dans une clairière, non loin d’un petit hameau de villageois, elle repéra un sanglier. Manquant d’adresse à cause du stress et de la colère, elle le loupa. La flèche s’était fichée plusieurs mètres derrière sa cible. N’en ayant que six à portée de sa main, elle se devait de les économiser au  maximum. Sa monture broutait tranquillement l’herbe humide par l’orage qui s’était abattue la nuit dernière, tandis que la jeune s’aventurait, hors des sentiers battus.

Les ronces lacérèrent le bas de sa jupe. La recherche de sa flèche  était bien plus ardue que pensée. Un court instant, elle sentit une présence humanoïde. Ses sourcils se froncèrent, et les premières rides d’anxiétés également. Qui pouvait bien roder dans ces bois sans se manifester davantage ?



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Lun 2 Nov - 20:03
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : MageClasse sociale : Bourgeois
Notoriété : AnodinAlignement : Impartial
Fiche de personnage : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

Un craquement brusque.
« Maintenant ! »
L'homoncule surgit au travers du portail dans une impulsion électrique colossale. La déflagration ébranla la flore aux alentours, tandis que la jeune hase s'enfuyait déjà. En l'espace d'une seconde, l'homoncule se mit sur ses traces, bondissant furieusement d'arbres en arbres pour atteindre rapidement sa cible.
Harold se tenait à genoux, les mains posées sur le sceau incantatoire. Jamais auparavant il n'avait senti une telle puissance couler dans ses veines. Cette nouvelle vision qu'il avait du monde était – contrairement à ce qu'il en avait pensé –, un don du ciel. C'était comme s'il pouvait voir chaque cellule qui forgeait la Création, et pouvait dès lors en comprendre chaque mécanisme.
Un bruissement plaintif se fit entendre non loin. L'homoncule revint avec un sourire tortueux sur son laid visage, brandissant fièrement l'animal ensanglanté entre ses griffes. Il s'agenouilla face à son maître immobile, déposa solennellement le lapin et se mit à promener son regard malveillant de la bête à l'hybride.
— Maître manger ? Maître content ? Quoi avoir récompense ? dit la chose en bavant comme un chien.
Harold ne dit point mot, et se contenta de se relever ; ce qui eut pour effet de briser aussitôt le contact avec l'homoncule qui disparut tel un mirage dans un hurlement plaintif. L'atmosphère était lourde d'énergie, empestant encore le brûlé, alors que le silence reprenait doucement ses droits. Harold dévisageait la petite créature gisant à ses pieds. La magie de ce monde n'avait pas encore quitté son corps. Chaque point qu'il visualisait était une denrée rare et précieuse qu'il ne fallait pas gaspiller. Il posa ses longs doigts osseux sur la carcasse chaude et se mit à absorber la magie condensée. S'il n'avait pas de bouche, cela ne voulait pas dire qu'il ne devait pas se repaître pour autant. La magie, voilà l'unique vérité de cet univers. Source intarissable conservée jalousement par les dieux, il était en train de devenir le parangon même de la chute divine.

Les couleurs pourpres de l'aube transperçaient l'épais feuillage des alisiers environnants. Voilà une bonne heure qu'Harold marchait à travers ces dédales de racines et de branches dans l'espoir de trouver le sud. À deux reprises, il avait dû se cacher d'un contingent de chasseurs royaux. À grand coup de malice et de ruse, il avait réussi à faire germer la peur dans leur esprit. La télépathie pour arme, il était aisé de se faire passer pour un fantôme intimidant et vengeur. Aussi loin que remontent ses souvenirs, les pécores avaient toujours été des âmes naïves.
Mais pas celui-ci. Alors qu'il s'était approché de ce qu'il percevait être un cours d'eau, la silhouette gracile d'un individu jaillit en son sein. Harold se planqua sans attendre derrière l'épais tronc d'un arbre. Les excroissances qu'il voyait lui firent comprendre qu'il avait affaire à un Ange. Ils étaient moins crédules et plus arrogants qu'un simple humain. La sueur se mit à perler sur son front lorsque celui-ci se mit en garde. Avait-il senti sa présence ? La télépathie ne lui serrait d'aucun recours face au cédois, ni l'alchimie d'ailleurs. Le temps de tracer un sceau, et sa position serait compromise. Non, cette fois-ci, il devait laisser agir la providence. Il devait attendre sagement que l'homme s'en aille, persuadé que seuls vent et poussière rôdaient dans les parages.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Lun 2 Nov - 20:40
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : Alignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

« Te voilà donc ! »

Andraha tira de toutes ses forces sur le métal qui  composait la tige de sa flèche. Depuis peu, elle s’essayait à ces nouveaux types de  matériaux. Malheureusement, ils étaient bien lourds que le bois, déviant de trajectoire facilement. Elle en viendrait à bout, comme toute chose amorçait, elle ne lâchait pas ainsi.

« Saleté. »

Pestiférer ne servait à rien, l’archère en était consciente. La paume de ses mains s’échauffa. Agacée par la situation, elle en oublia presque son ressenti, baissant complétement sa garde. Dégageant sa haine envers l’univers contre ce tronc d’arbre, elle usa de son couteau pour tailler l’écorce. Au bout d’une dizaine de minutes, elle sortit victorieuse des buissons.

Une bourrasque de vent s’engouffra entre deux chênes centenaires. Son odeur de rose et de parfum furent propulsée dans la direction de l’observateur. Inconsciente du potentiel danger, la jeune femme siffla à plusieurs reprises sa monture. Cette dernière traversa le cours d’eau qu’ils avaient suivi pour parvenir au bois. Andraha manifesta son mécontentement rapidement. Montée à crue était difficile et inconfortable, avec le pelage humide de l’animal, la sensation se faisait désagréable.

L’ange s’éloigna de sa position, s’enfonçant davantage dans la végétation à la recherche d’un lapin ou daim à chasser. Elle contourna alors l’arbre où se  tapissait l’hybride sans même le remarquer. Plongée dans ses pensées, la jeune femme semblait absorber et déconnecter du monde réel. Néanmoins, une chaleur la réveilla de sa torpeur. Sourcils froncés, elle observa son environnement, cherchant la raison de ce courant chaud parmi les bourrasques encore gelées de cette matinée.

« Arrête toi là, je te laisse brouter en paix, mon beau. »

Andraha mit pied à terre et continua de longer la rivière. Elle retira d’ailleurs ses sandales pour tremper ses orteils dans l’eau fraiche. La source de chaleur avait disparu. Elle se trouvait stupide de suivre ainsi son instinct et imagination. Désorientée, elle se posa sur un rocher. Cependant, son mirage était réel, il y avait bien une créature non loin de sa position. Son arc à la main, elle décocha une flèche métallique sans aucune sommation, sous une simple pulsion. Elle ne préoccupa d’ailleurs pas de savoir si  sa cible avait été touchée ou non, se replongeant dans ses pensées. Quelques secondes plus tard, elle redressa la tête, elle était seule. La folie l’atteignait sévèrement, elle n’était plus celle qui, jadis, courait, volait et riait aux éclats. C’était le passé. Un lourd passé, chargé par les émotions et les remords.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Lun 2 Nov - 21:10
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : MageClasse sociale : Bourgeois
Notoriété : AnodinAlignement : Impartial
Fiche de personnage : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

Le fût de la flèche vibra à l'impact. Quelle étonnante précision ! Quelques centimètres plus à droite, sa joue aurait été atteinte. Au lieu de ça, le projectile s'était planté dans l'arbre d'en-face. Harold était immobile, scotché à l'écorce de son chêne. Cet Ange n'était pas anodin. Une telle maîtrise de l'arc n'était pas à la portée du premier pouilleux venu. Peut-être un autre chasseur royal, songea-t-il. Après tout, les forêts de Charmon regorgeaient de bestioles en tout genre.
L'évocation de la forêt lui arracha une vive émotion. Ses pensées se tournèrent vers Andraha et leur première rencontre dans les bois. Cela datait d'au moins une autre vie. Il secoua énergiquement la tête, s'efforçant de mettre de l'ordre dans ses idées. Il n'était pas en posture de rêvasser. Sa vie était en danger et il devait fuir avant d'être débusqué comme un lapin.
Prenant son courage à deux mains, il glissa délicatement contre le sol puis se mit à plat ventre. Les fougères ambulantes et la végétation dense lui serait favorables, pourvu que ses reptations ne se fassent pas plus bruyante qu'un courant d'air. Il se mit à avancer, fixant un point de magie bien précis parmi tous. S'il arrivait à l'atteindre sain et sauf, alors ce serait déjà un bon début de survie.
L'effort grandissait à mesure que ses bras se raidirent sous son poids. La tension était palpable. Bien qu'il s'éloignât de son prédateur, il était hors de question de relâcher la pression. Il devait continuer sur au moins deux cents mètres avant de s'avouer victorieux, car si l'Ange le repérait, aucun lieu sur la Création ne pourrait l'abriter.
Alors que l'opération semblait se dérouler à merveille, un détail qu'omit Harold dans son plan le réprimanda sévèrement : il sentit quelque chose de froid et visqueux lui enlacer la jambe. Se retournant, il crut reconnaître la morphologie d'une vipère ammodyte. Pris de panique, il plongea ses ongles jaunâtres dans la chair du serpent qui siffla son mécontentement et balança l'animal au loin. Si le bruit du choc ne fut pas des plus inquiétants, l'endroit précis où le reptile tomba en était autrement plus désastreux. Atterrissant à la vue du cheval, celui-ci hennit et se cabra, alertant l'Ange par la même occasion.
Par les enfers d'Oshury !
Le temps pressait. Il roula sur le côté, se dissimulant dans le tronc mort d'un arbre, priant les Quatre que l'ailé ne le trouve pas.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Lun 2 Nov - 22:02
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : Alignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

Le hennissement de sa monture l’extirpa de ses songes. Le choc avec la réalité la secoua. Elle descendit de son rocher pour fixer avec inquiétude l’animal qui gisait aux sabots du cheval. A moitié mort, c’était un serpent presque mortel qui vivait dans les bois et près des cours d’eau, rien d’exceptionnel d’en croiser par ici donc.  D’un coup de dague, elle acheva la vipère, avant de se concentrer sur l’endroit de sa provenance. Elle n’avait pas rêvé quant à la présence d’un individu. Cela la rassurait à moitié à vrai dire. Qui  pouvait rester tapi dans l’ombre de la verdure ? Un bandit ? Un assassin ?

Avec prudence, elle s’enfonça nu pied vers l’arbre qui fut sa cible. La flèche était enfoncée profondément. Elle abandonna tout espoir de la récupérer. Cinq cibles potentielles, ou cinq tires maximum lui étaient à présent permis. La pression monta d’un cran. Minutieuse, elle s’agenouilla face aux traces sur le sol.  Andraha ne reconnaissait aucun animal laissant de telles trainées, encore moins un homme. On différenciait avec difficulté des membres ou un tronc, un énorme serpent ou vers aurait très bien pu laisser les mêmes empreintes.

L’officier sortit sa dague tandis que sa  monture se rapprocha, humant l’air. Que pouvait-il sentir ? Un danger ? L’ange continua ainsi sa chasse, poignard à la  main. Elle coupait le feuillage qui l’empêchait d’avancer. C’était imprudent de sa part, cependant, le monde des vivants n’avait plus rien à lui apporter et son instinct de survie disparaissait avec les lunes.

« Miséricorde, la chance ne me sourit donc jamais. »

Le vent envoya de la terre dans les yeux de l’ange qui recula, trébuchant sur une racine. Elle tomba sur le coccyx lui arrachant une plainte sourde. Boueuse, sa robe était dans un état lamentable, une souillon avait plus de prestance qu’elle. De sa poche avait glissé la proche d’Harold. Elle s’en saisit avant de se caller contre tronc mort. Tu me manques tellement, songea-t-elle un demi sourire aux lèvres, je donnerai ma vie pour te revoir, t’entendre, te sentir.

Une larme s’écrasa sur la terre fraichement remuée, elle ne se doutait pas que l’inconnu se situait à quelques mètres derrière elle.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Lun 2 Nov - 22:14
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : MageClasse sociale : Bourgeois
Notoriété : AnodinAlignement : Impartial
Fiche de personnage : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

Harold resta tétanisé par les évènements. L'Ange venait de perdre de son éclat. Était-il blessé ? Ou plutôt, devrait-il dire "elle" ? Il lui semblait avoir reconnu une voix féminine lorsque celle-ci se plaignit. Quoiqu'il en fusse, il ne pouvait guère bouger davantage. Une dernière option s'offrait à lui.
« Restez calme, prononça-t-il d'une voix modulée à l'intérieur de l'esprit de l'Ange. Vous savez que je suis là, vous avez gagné. Cependant, je ne suis en aucun cas une menace. Laissez-moi partir, et tout se passera bien. Lâchez votre dague et je prendrais ça comme votre consentement. »
Le contact venait d'être fait. La gorge nouée, Harold espérait désormais que l'Ange accepterait sans créer de problèmes.

— Héla ! Qui-va-là ! Gronda une voix au loin. Les choses semblaient aller de Charybde en Scylla.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Mar 3 Nov - 7:56
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : Alignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

Andraha tressaillit, lachant la broche qui roula par terre. Tétanisée, elle se pinça fortement la joue. Elle ne rêvait pas. Elle avait belle et bien entendu la voix d’Harold dans sa tête.  Comment était-ce possible ? Avait-il reçu la possibilité de traverser l’Ether ? C’était un rare privilège donné uniquement aux grands mages. Cependant, un détail la perturbait. Il s’adressait à elle comme à une étrangère. Elle se devait de rêver une fois encore, à  part si.  Malheureusement, un garde s’insurgea parmi sa réflexion. Elle renferma davantage la main sur sa dague, souhaitant en découdre avec cette situation de plus mystique.

L’ange récupéra la proche avant de se camoufler derrière un buisson. Elle n’était pas d’humeur à rigoler ou  à parlementer avec un garde venant de Charmon et travaillant pour la couronne de Seda. D’un bas lent, en rampant presque, elle fit le tour du tronc d’arbre pour  chercher un refuge réel.

« Je ne vous considère pas comme une menace, mais apparemment vous cacher est un passe-temps des plus perturbants. Seuls les bandits et chasseurs de  prime emploient cela. Comprenez donc ma méfiance envers vous. »

Elle ricana, se trouvant stupide de parler au vent. Et si tout ceci était une fois de plus le fruit de mon imagination, songea-t-elle, tout en reculant encore pour être cachée entièrement. Dos face à son interlocuteur, Andraha ne mesurait aucunement la nuance du danger. Elle posa d’un geste délicat ses fesses sur un tapis de feuille, avant d’étendre ses jambes meurtries par les exercices quasi-militaires.

« Je me parle à moi-même. De mieux en mieux Seme. D’une excellente archère, tu fais un candidat idéal pour l’enfermement. Ton destin est véritablement maudit. »

Elle posa sa tête contre le tronc, ressortant le joyau de sa pochette. Les éclats du soleil vinrent le frapper en son cœur, émettant une douce lumière ambrée. Elle ne se préoccupait plus de ses sens qui l’alertaient à chaque minute d’une présence à ses côtés. Une pâle copie d’elle-même, voilà ce qu’elle était devenue.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Mar 3 Nov - 11:57
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : MageClasse sociale : Bourgeois
Notoriété : AnodinAlignement : Impartial
Fiche de personnage : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

L'hybride contemplait la silhouette violâtre sans broncher. Il ne ressentait aucune haine, seulement du chagrin. À dire vrai, l'Ange l'intriguait davantage. Que pouvait bien être le récit d'une créature des cieux majestueux perdue dans les bois sinueux de cette lande désolée ? Cela ne collait pas. Fut-il si absent que le Royaume changea si drastiquement ? L'Archipel contrôlait-elle désormais l'Empire du milieu ? Qu'en était-il du pays des Templiers ? Tant de questions qui se bousculèrent dans l'esprit du mage, qui ne cessait de déshabiller l'Ange de sa vision magique.
— Cette terre est la propriété de Sa Majesté Eliel Orodreth, descendant des premiers Hommes, duc de Carathiel et roi des Templiers. Montrez-vous, vermine, et clémence sera faite !
Harold posa délicatement sa main griffue sur le bord du tronc mort et jeta un coup d’œil vers la voix enrouée du prétendu garde forestier. Sa vision percevait un contingent de trois individus. Leur démarche était bien trop balourde et désynchronisée pour faire croire à une patrouille militaire. Harold prévoyait là un guet-apens des plus misérables.
« Ils vous mentent, gronda-t-il dans l'esprit de l'Ange isolé. Laissez-moi vous aider à les tuer ; ainsi prouverai-je que nous sommes du même côté. »


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Mar 3 Nov - 17:59
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : Alignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

Andraha se méfia des inconnus, le langage ne collait absolument pas avec un comportement militaire, même sédien. Elle tentait de se tapir davantage et de se cacher avec sa cape marron, imitant ainsi les feuilles mortes éparpillées sur le sol. Elle tentait d’échafauder un plan pour ramper vers les bosquets à quelques mètres de sa position. Néanmoins, le moindre mouvement provoquait des bruissements qui alertaient davantage les « gardes ».

« Je ne vous prends pas pour un ennemi bien que votre comportement grossier m’indique le contraire. Un gentleman se présenterait au lieu de se tapir dans l’ombre, prêt à bondir sur sa proie. »

Elle se sentait si stupide à murmurer ces paroles. Atteinte de folie, voilà l’image qu’elle dégageait avec cet inconnu à la voix pourtant si familière. Harold était décédé, elle l’avait assassiné, comment était-ce possible ? L’ange s’énerva intérieurement et cogna son pied contre un petit tas de caillou confectionné par un rongeur, alertant les gardes de sa présence près du tronc.

« Mais votre aide me sera d’une grande utilité, je suis archère, le combat au corps à corps m’est difficile, d’autant plus avec une dague. »

Son don de télépathie était une aubaine pour l’épreuve qui les attendait. Elle se demandait quel était le métier de son compagnon d’infortune. L’armée peut-être ou l’espionnage, l’officier ne voyait rien d’autre.

Elle se redressa, se capant par la même occasion, faisant face aux trois personnages.

« Messieurs, vos paroles crues me blessent. Je suis officier, et le respect est de rigueur, même si je suis une étrangère sur votre territoire. Tant que l’identité de votre interlocuteur vous est inconnue, il se doit de garder un certain caractère professionnel. N’êtes-vous point de mon avis ? Est-ce ainsi que l’armée vous a formé ? »

Dans son fort intérieur, l’archère espérait que les paroles de l’invisible soient exactes. Dans le cas contraire, elle était dans une bien mauvaise posture.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Mar 3 Nov - 19:26
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : MageClasse sociale : Bourgeois
Notoriété : AnodinAlignement : Impartial
Fiche de personnage : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

La triade s'avança en écrasant les feuilles mortes sous ses bottes. Le premier semblait plutôt chétif et petit pour un adulte. Il portait une cotte de mail désajustée ainsi qu'un chapel de fer trop grand pour son crâne. Le ridicule s'arrêterait là si l'arbalète qu'il tenait entre ses mains n'était pas non plus deux fois trop grande pour lui. Le deuxième, un Naga venu des terres du sud brandissant une hallebarde, creusait un sillon aussi large que sa bedaine écailleuse. Il portait uniquement un veston en cuir déboutonné, laissant grossièrement apercevoir les deux boursouflures au niveau du bassin qui contenaient ses deux sexes. Quant au troisième et dernier, c'était un homme au pif écarlate dont la lueur dans ses yeux trahissait l'absence d'une quelconque intelligence. Il portait une chemise verte aux manches bouffantes renfoncée dans un pantalon brun en lin. Les deux ailes grises qui traînaient derrière lui faisaient de l'individu un exemple même de la décadence angélique. Le fléau qu'il tenait en main gauche semblait aussi lourd que lui.
L'homme à l'avant brandit son poing à hauteur de l'Ange.
— Mais qu'est-ce qu'on a là. Salut ma mignonne. On s'est perdue ?
Le Naga siffla de sa langue fourchue et contracta son bas ventre afin d'afficher son érection¹, jouant avec son double membre rosâtre en plongeant son regard vitreux dans celui d'Andraha.
— J'crois qu'on a choppé une belle prise, c'coup-ci les gars, se félicita le dernier de la troupe.
Le contingent se mit à avancer prudemment, un pied après l'autre, narguant la jeune femme avec des mimiques aussi crues qu'obscènes. Le petit homme dépassa le tronc mort sans prendre garde à l'éventualité danger. Harold les observait silencieusement, tel un fauve guettant le moment opportun. Lorsque le Naga se mit à sa hauteur, il sut que l'heure avait sonné.
Harold se redressa, jaillissant du tronc pourri en l'éclata en mille morceaux. Il profita de l’hébétement provoqué chez l'ennemi pour saisir le reptile à la gorge et planta ses griffes dans sa carotide. L'Ange répondit aussitôt au danger de son camarade et tournoya son fléau en visant le crâne de l'hybride. Harold n'eut le temps que de se baisser et l'arme s'encastra dans un arbre. Au même moment, Andraha semblait vouloir aider et décocha une flèche dans le grand dorsal du petit homme qui s'était retourné vers ses compagnons et du Naga à peine vivant. Celui-ci s'affaissa au sol, tandis que l'homme trébucha contre une racine et heurta une pierre. Harold se mit à esquiver les coups lents de l'Ange qui ne voulait pas en démordre.
— Crève saloperie de monstre ! hurla-t-il.
L'engin épuisa rapidement l'homme aviné qui tomba à genoux, ahanant bruyamment. Harold s'approcha de lui dans des gestes langoureux et quelques peux malsains. Il posa ses deux pouces osseux contre ses paupières et les pressa à mesure que le pauvre homme hurlait sa douleur aux dieux.
— Bon sang, mais t'es quoi toi ! Gémit le petit homme qui rampait en arrière jusqu'à être acculé contre un arbre.
Tant de magie... tant de puissance. Une frénésie sans pareille s'empara de lui. Rien ne comptait plus à cet instant que le flot délicieux coulant dans ses veines. Il attrapa l'arbalétrier par la gorge et le souleva à sa hauteur. Celui-ci décocha une flèche qui s'égara quelque part dans les buissons.
« Acceptez votre destin. Mourez maintenant. », gronda Harold au sein de son esprit fébrile.
L'hybride posa délicatement sa main valide contre le visage du bandit qui implorait son pardon. En l'espace de quelques secondes, sa peau se flétrit, sa chair pourrit et son cadavre se décomposa en un tas d'ossements gluants et brûlants. Ah, quelle douce sensation ! Cette magie en lui était si parfaite. Il se retourna vers l'Ange qui semblait brandir son arc contre lui. Elle était pleine de magie, pleine de volonté. Le visage ensanglanté par ses proies, Harold commença la conversation :
« Ne me craignez pas. Je tiendrais ma part du marché. »
L'hybride inclina la tête en signe de révérence et s'enfonça dans les hautes-herbes avoisinantes. Le conflit était fini, il n'avait plus faim.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Mar 3 Nov - 20:05
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : Alignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

La frayeur se lisait sur le visage angélique de l’archère qui brandissait son arme. Des atrocités, elle en avait connu et croisé à  de nombreuses reprises. Mais cette scène et cet être étaient le summum. Une main devant sa bouche pour camoufler un hurlement, l’adrénaline descendait doucement, et sa flèche fut rangée dans son carquois. A présent maitre de ses pensées, elle réalisa. Malgré une apparence des plus répugnantes, il lui avait sauvé la vie contre une violence sans nom. A peine eut-elle le temps de sortir de sa transe que l’individu était parti.

« Revenez ! »

Sa voix raisonna. Elle fut sans appel, ou du moins, elle n’entendit aucun son évocateur d’un retour. Déçue et piquée au vif, elle tourna les talons au funeste tableau. Son cheval l’attendait non loin de là. Bouleversée par la scène, l’officier tenta de se changer les idées en pistant quelques animaux, dont un lapin qui  l’entraina vers une prairie. Le vent soufflait fortement, les hautes herbes ondulaient sous son gré. Un rictus se manifesta tandis qu’elle mettait pied à terre  et se faufila habilement.

Qui étais-tu grand inconnu ? Pourquoi un corps si monstrueux ? Se questionna-t-elle en faisant tourner la broche de l’alchimiste entre ses doigts. Cette voix. Cela semblait être la clé d’une énigme. Mais laquelle ? Devait-elle retourner à la forteresse ? Ou l’oublier à jamais et l’effacer de sa mémoire ? Cet homme ressemblait tellement à une créature dont Harold avait la faculté de contrôle. Mais c’était impossible qu’elle soit aussi grande et maitre de ses gestes. En proie au désarroi, elle prit place sur un rocher qui formait un plateau.

« Tu me hanteras toujours, n’est-ce pas ? »



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Mar 3 Nov - 20:44
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : MageClasse sociale : Bourgeois
Notoriété : AnodinAlignement : Impartial
Fiche de personnage : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

Nul ne pouvait s'attendre à pareil revers de situation. Harold venait de rencontrer le premier être qui ne fuît pas face à lui. Évidemment, ils n'échangèrent pas assez lors de leur brève entrevue que pour se faire réellement une idée – sans compter qu'il s'éclipsa à la première occasion venue. Mais l'Ange ne semblait ni le pourchasser ni hurler au monstre, ce qui était un exploit en soi.
Il se mit à déambuler parmi les conifères, sans but ; sans vie. Ses pensées se bousculèrent à l'attention de l'Ange, impossible d'en faire autrement. Cette magie en elle l'attirait, comme la flamme attire le papillon de nuit. Il était certain que cette envie causerait sa perte, mais après tout, n'était-il pas resté seul trop longtemps ?
Il se retourna, un bruissement entre les fougères l'interpellant. Rien. Sa vision ne détectait qu'un amas de points mauves condensés. Pourtant, le bruit réapparut quelques mètres plus loin, dans le même rayon. La chose qui rôdait là l'encerclait. Harold éveilla ses sens, persuadé que le pire allait arriver. Une pierre dégringola d'un côté et, l'instant d'après, un grommellement retentit. Un sanglier sauvage chargea depuis les buissons, se ruant sur l'hybride qui piétinait son territoire. Harold ne put rien faire contre cette frénésie et sentit une vive douleur lui perforer l'abdomen. L'animal venait de lui planter ses défenses. Fier de sortir victorieux du combat, le sanglier nasilla en martelant le sol de sa patte arrière. Le sang coulait abondement, il n'y avait plus rien à faire. La bête s'en alla, certaine de retrouver un cadavre à son retour, tandis qu'Harold tremblait sous ce froid soudain qui l'enlaçait. Mourir par une bête sauvage, songea-t-il, quelle mort stupide...
Sa vision s'obscurcit, ses membres se faiblirent, et lorsque le monde devint finalement ténèbres, il se surprit à constater que son dernier éclat de pensée était pour cette Ange si envoûtante.


Âge : 21
Messages : 593
Messages RP : 211
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Jeu 5 Nov - 20:10
Age : 29 ans Race : Ange
Métier : OfficierClasse sociale : Bourgeoise
Notoriété : Alignement : Neutre
Personnage : Ici
Ciend
Andraha Seme
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

Andraha ferma les  paupières, se relaxant sous les rayons solaires de plus en plus chauds.  L’été, une agréable saison lorsque la caserne est loin, songea-t-elle en remontant légèrement sa jupe. Les bourrasques de vent se firent rares, les brindilles sifflèrent sur leur passage. Une douce mélodie enveloppa alors  la clairière, tintée par les sabots de sa monture.  

« Tu n’aurais pas dû. Cela me gêne. »

« Je te félicite seulement pour ton travail exemplaire rien de plus, ne soit pas dérangée par ce présent. »

Le médaillon pendait au niveau de mon cou, j’étais tellement heureuse de ce geste. Il représentait un amour de jeunesse, un amour caché. Je le savais d’une grande famille, donc inaccessible pour ma condition de bourgeoise.  Et pourtant… Pour une fois mon destin  m’était favorable. Tapis dans l’ombre de la cheminée, nous échangeâmes des regards complices, et des rires nerveux. Les paroles  militaires s’envolèrent pour laisser place à un silence embarrassant. Mon verre de vin était  pratiquement vide, une excuse bien trouvée pour fuir cette scène. Néanmoins, j’étais loin de me douter qu’il me suivrait discrètement jusque dans la cuisine.  Il semblait surpris que je ne demande pas l’aide des domestiques. Mon cœur se pinça alors, il oubliait ma condition, une aubaine. M’aimait-il sincèrement ou étais-je une conquête ?

« Tu… »

Les hennissements de l’étalon réveillèrent l’ange. Encore choquée par ses souvenirs, elle mit un certain temps à  émerger complétement, cherchant la cause de l’affolement de  sa  monture.

« Tout doux mon beau. Que se passe-t-il ? »

Au loin, elle entendit des martellements.  Un animal d’un poids relativement lourd se situait non loin de sa position. Arc à la  main avec sa dernière flèche, elle se baissa et avança vers les bruits. Elle fut surprise de voir déguerpir un sanglier dont les défenses étaient couvertes de sang.  Un repas excellent pour le village ce soir, s’enthousiasma-t-elle en bandant son arme. Malheureusement, l’animal détala trop rapidement.  

« Et zut » siffla-t-elle entre ses dents.

L’officier s’avança encore, espérant trouver la carcasse d’un animal fraichement tué.  La faim commençait à se faire sentir, de trop même. Elle poussa un hurlement de surprise en tombant sur l’affreuse créature.  Curieusement, il saignait, tel un humanoïde. Surprise, elle se pencha sur la dépouille pour trouver une veine et tâter son pouls. Il n’était pas encore mort, un faiblement battement se faisait sentir sous la pression de ses doigts. N’ayant aucune connaissance médicale, l’archère appuya instinctivement sur la blessure pour arrêter l’hémorragie. Son approche était  la bonne jusqu’au moment où ses bras lâchèrent à cause de la tension.



Feuille de personnage
:: http://adrietha.forumactif.org/h7-varwyn
avatar
Âge : 23
Messages : 479
Messages RP : 201
Date d'inscription : 30/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens Dim 8 Nov - 15:30
Âge : 38 Ans Race : Hybride
Métier : MageClasse sociale : Bourgeois
Notoriété : AnodinAlignement : Impartial
Fiche de personnage : Ici
Ciend
Harold Leynthall
Destin quand tu nous tiens, Chaü An 10

C'était froid. Terriblement froid. La sensation le dévorait de l'intérieur. Ses membres crispés tremblèrent. Ni la caresse du vent ni la fraîcheur de l'herbe réussirent à l'apaiser. Il laissa sa tête choir sur le côté, vaincu par la douleur. Il avait perdu une énième fois le combat et la mort en ressortirait vainqueur. Comme toujours. Pourquoi les Dieux le ramenèrent-ils à la vie ? Lui, qui n'était guère capable de survivre à un quelconque suidé.
« Harold ! »
Sa tête heurta le tronc de l'arbre sur lequel il s'adossait. La violence du flash était telle qu'il en recevait des migraines. Dans un élan de lucidité, il crut reconnaître son père. Il était plus jeune que dans ses souvenirs. Sa longue barbe flamboyait d'un rouge cramoisi et ses longs cheveux étaient tressés selon la mode de la noblesse cédoise. Qu'il était fier, la Treizième Arcane. Jamais Harold n'aurait pu égalé son rang. Il n'était pas assez entreprenant et ses paroles étaient creuses de conviction. Régner sur le Conseil par la ruse était la seule option qu'il envisageait. Il a vécu dans l'ombre de son père et lorsque son heure de gloire fut enfin arrivée, il mourut dans l'anonymat. Quelle ironie de se prétendre roi. Maintenant qu'il y pensait, sa vie n'avait été qu'une succession d'échecs. Son arrivée précoce qui tua sa mère ; le putsch du Conseil contre lui et même son précieux amour Andraha... voilà la fin de la légendaire Treizième Arcane. Complètement dénuée d'intérêt. Mais cela n'avait plus d'importance, désormais.

« Harold !...
...Harold ! Garde ta main sur le sceau ! »
Il écouta son père et raidit ses bras contre le sol. La puissance du sceau incantatoire dépassait tout ce qu'il avait connu jusqu'à présent. La déflagration lui brûla la peau, lui entraînant des lésions douloureuses.
« Père, je n'y arrive pas ! »
« Tu en es capable, mon fils. Plie-le à ta volonté ! Dresse-le comme tes ancêtres avant toi ! »
L'impulsion magnétique propulsa Harold contre le mur septentrional de la cour, tandis que le portail se refermait dans un grondement lointain. Edward se précipita à son secour et palpa son corps dans l’éventualité d'une fracture.
« L'amour de Seda soit loué, tu n'as rien. »
Harold baissa honteusement la tête, n'osant pas croiser le regard de son père.
« J'ai échoué père... »
Edward émit un grognement amusé, ébouriffant les cheveux du garçon.
« Tu es encore jeune, Harold. Cela viendra en temps voulu. Rappelle-toi l'histoire de l'ermite Jao Bung, le sylphe aux mille poings. Il lui fallut cent vingt ans pour... »
«... Pour atteindre la montagne des douze vœux et vaincre le séraphin Tychion, grand général de Ciend, qui lui apprit l'art des mille poings, récita par cœur Harold sur un ton las et monotone. Je connais la légende, père, mais ce n'est pas réel ! C'est ce que mestre Rhadok nous enseigne pour inculquer la persévérance, rien de plus. »
« Et c'est ce que tu dois faire. », renchérit Edward sur un ton autoritaire.
L'énorme homoncule se déplaça d'un pas lourd et bruyant jusqu'à eux. Il regarda le jeune Harold de ses yeux vitreux et globuleux semblables à ceux d'un crapaud et lui parla de sa langue baveuse.
« Votre père a raison, jeune maître. Peu sont capables d'asservir l'esprit de ma race. Même vos Dieux ont dû nous bannir de ce monde. Vous avez ça dans le sang. C'est un don que vous êtes en mesure d'exploiter ! Mais comme toute chose, il a besoin de temps et d'entraînements pour éclore.
Harold fronça le nez et se pinça les lèvres, croisant les bras.
« À quoi bon gâcher son temps avec ça si tôt ou tard l'Ombre viendra nous chercher. Autant m'amuser et vivre comme je veux !»
« Un guerrier se mesure à sa bravoure et à sa détermination, rétorqua calmement son père. Regarde ce soleil, Harold. Il nous fut donné un jour par Janius, père de nos pères, qui se dressa contre la domination des Astres et la terreur du Néant. Sans Seda, notre Terre-Mère, jamais je ne me serais battu contre cet imbécile de baron pour gagner la main de ta mère (Ils rirent de bon cœur). Ce que je veux dire, Harold, c'est que la vie ne se résume pas à la voie de la facilité. Tôt ou tard, tes envies reprendront le dessus et ce sera à toi de te battre pour les assouvir. Si l'Ombre te fait peur, tu trouveras un jour le moyen de l'arrêter. »
« Le penses-tu vraiment, père ? »
« Aussi fort que je suis fier de toi, mon fils. »

Non. Cela a encore de l'importance.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Chaü, An 10] Destin quand tu nous tiens
Page 1 sur 1
Réponse rapide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adrietha  :: Continent d'Adrietha :: Région de Charmon :: Province de Damnain-